Emploi : le chômage des informaticiens se stabilise à un niveau élevé

Composants

Après des mois de hausse, le chômage des informaticiens connaît une légère baisse (- 0,5 %) en novembre. Insuffisant pour y déceler une décrue durable du nombre de sans-emploi dans la profession, qui reste à un niveau record.

Comme en octobre, le chômage des informaticiens suit une courbe inverse de la moyenne nationale, tous métiers confondus. Alors que le nombre de sans-emploi en France remonte en novembre (17 800 inscrits de plus par rapport à fin octobre), les métiers de l’informatique connaissent eux une stabilisation. Selon les chiffres de Pôle Emploi, la France comptait fin novembre 34 300 chômeurs de catégorie A cherchant un emploi dans les systèmes d’information et de télécommunications. Soit 200 de moins que fin octobre. Une légère baisse qui suit quatre mois de hausse ininterrompue.

Cette légère décrue vient ponctuer une séquence marquée par un ralentissement de la hausse du chômage dans la profession : alors qu’elle atteignait encore 5 % au début de l’été, la hausse était tombée à 1,8 % en octobre. Le 0,5 % de baisse de ce mois de novembre amorce-t-il un reflux durable du chômage dans la profession ? Il est encore trop tôt pour l’affirmer. Les fins d’année étant traditionnellement une période de stagnation ou de décrue. Si la hausse du chômage dans le secteur remonte à l’été 2008, les derniers mois de 2010, 2011 et, dans une moindre mesure, 2012 s’étaient déjà traduits par une stagnation ou un léger recul du nombre de demandeurs d’emploi.

Selon le Munci, 8,7 % de chômeurs

Malgré ce tassement, le nombre de sans-emploi dans les systèmes d’information reste élevé. Il faut même remonter à février 2005 dans les séries statistiques publiées par la Dares, le département statistique du ministère du Travail, pour retrouver un niveau de chômage dans la profession supérieur à celui de cet hiver 2013. Sur un an, la progression atteint 14,7 % pour les chômeurs de catégorie A de la catégorie Systèmes d’information (4 400 chômeurs de plus entre novembre 2012 et 2013). En prenant en compte les autres catégories de chômeurs (B et C), le total atteint 41 400, 4 900 de plus qu’en novembre 2012 (+ 13,4 %).

Rappelons que, la catégorie systèmes d’information et de télécommunications de Pôle Emploi n’englobe pas l’ensemble des profils d’informaticiens, certains étant versés dans d’autres catégories.

En novembre, le Munci, une association d’informaticiens, expliquait avoir obtenu de la Direction des études de Pôle Emploi, les chiffres des demandeurs d’emploi IT répartis dans toutes les catégories (et non dans le seul code Rome correspondant à Systèmes d’information et de télécommunication). Selon l’organisation, fin septembre, ce sont pas moins de 76 744 chômeurs (de catégories A à E, les catégories D et E correspondant à des personnes inscrites mais qui ne sont pas en recherche d’emploi) que dénombraient les statisticiens de Pôle Emploi. Dont 52 273 pour la seule catégorie A. Soit, pour cette seule catégorie, un taux de chômage de 8,7 %, écrit l’association. « Les métiers de la création multimédia, de la maintenance et du développement informatique sont les plus touchés par le chômage dans nos professions », écrit le Munci.

26 % des offres d’emploi en novembre

Selon l’Apec, après un rebond observé en octobre, le nombre d’offres d’emploi à l’attention des informaticiens a baissé en novembre comparé à un an plus tôt. L’indice mensuel de diffusion des offres d’emploi cadre montre un recul de 3 % de la demande en informatique sur un an. Ce qui conforte le repli observé ces douze derniers mois (- 3 %), observe l’Association pour l’emploi des cadres. L’informatique industrielle (- 16 % sur les douze derniers mois), la direction informatique (- 14 %) et l’exploitation/maintenance (- 13 %) sont particulièrement déprimées. Seule l’informatique de gestion (+ 11 %) échappe à la morosité.

L’informatique représentait en novembre 26 % du total des offres gérées par l’Apec, le second vecteur de recrutement des cadres derrière le commercial/marketing (27 % des offres).


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur