Emploi IT : quand le coronavirus brouille les perspectives

BusinessProjets

L’emploi dans le secteur des technologies est dynamique, mais le coronavirus Covid-19 brouille les perspectives aux États-Unis comme en France.

Les conséquences sur le marché de l’emploi du coronavirus Covid-19, désormais qualifié de pandémie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), restent à déterminer. Dans les technologies de l’information les perspectives se brouillent.

En France, la fonction informatique devrait recruter près de 67 000 cadres sur l’année 2020, soit 15% de plus qu’en 2019, selon les prévisions publiées en février par l’Apec.

Aux États-Unis, avec 40 000 emplois technologiques supplementaires créés depuis le début de l’année, le secteur reste optimiste, a souligné l’organisation américaine CompTIA (Computing Technology Industry Association), données du US Bureau of Labor Statistics (BLS) à l’appui.

Depuis ces publications, l’extension mondiale du Covid-19 a conduit le président américain Donald Trump à interdire pour un mois la plupart des voyages depuis l’Europe vers les États-Unis. L’incertitude gagne les marchés et les entreprises.

Plan de soutien à l’emploi

En France, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué ce jeudi 12 mars sur LCI que, tous secteurs d’activité confondus, 3600 entreprises et 60 000 salariés seraient concernés, à ce jour, par le chômage technique. Ces chiffres devraient fortement augmenter. « Nous ferons un plan massif de soutien à l’emploi […] je n’ai pas de limite budgétaire, nous ferons ce qu’il faut » pour accompagner les entreprises et leurs salariés, a déclaré la ministre.

Outre-Atlantique, « de nombreuses industries sont impactées financièrement par les conséquences du coronavirus », a expliqué à CIO Dive Tim Herbert, vice-président exécutif, recherche et intelligence de marché, chez CompTIA.

Or, toutes les industries touchées – tourisme, voyage d’affaires, événementiel, commerce, électronique, production…- sont des clientes de l’IT. Des fournisseurs de solutions, de services et de prestations technologiques pourraient donc voir baisser leurs ventes à court terme, recourir au chômage partiel et, finalement, retarder certaines embauches.

La crise actuelle sera-t-elle suivie d’un rebond rapide et durable de l’économie ? Sommes-nous proche d’une récession globale qui maintiendra un bon moment l’économie et ses acteurs dans le creux de la vague, avant la reprise ?

Pour Tim Herbert, « il est trop tôt pour dire si les achats [IT] prévus par des clients seront reportés ou réorientés vers des domaines spécifiques », comme le travail à distance.

(crédit photo © shutterstock)

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT