Emploi IT : les nouveaux entrants ont-ils les compétences pour le job ?

DSIProjets

Un informaticien en poste sur deux juge que les nouveaux entrants n’ont pas la carrure pour l’emploi. Mais admet qu’une mise à niveau s’impose pour lui-même.

Le secteur des technologies est avide de nouveaux talents. Cependant, les professionnels en poste sont nombreux à estimer que leurs cadets sont « mal préparés » pour l’emploi.

C’est l’un des enseignements d’une enquête* américaine promue par INAP, opérateur de datacenters et fournisseur de services de colocation. 500 professionnels actifs dans les domaines des datacenters/clouds/infrastructures ont été interrogés.

49% considèrent que les nouveaux entrants n’ont pas la carrure pour gérer les responsabilités associées au bon fonctionnement de l’environnement IT d’aujourd’hui.

Toutefois, ils sont plus nombreux encore (71%) à reconnaître qu’ils ont eux-même besoin d’une formation pour mettre à niveau leurs compétences. 37% déclarent ainsi participer à une session de formation chaque mois, 24% « uniquement lorsque c’est nécessaire ».

Par ailleurs, tous ou presque s’accordent sur le fait qu’un profil IT doit avoir plusieurs casquettes pour mener à bien ses missions.

Les compétences techniques ne suffisent plus.

Transformation numérique et humaine

Si l’expertise technique est jugée incontournable, les compétences humaines et relationnelles (soft skills) sont également recherchées.

Pour Jeff Atkinson, DSI d’INAP, « la fonction traditionnelle de l’IT, qui consiste à équiper les organisations de systèmes et outils dont elles ont besoin pour développer leur activité, a été renforcée par un rôle stratégique de pilotage de la transformation numérique. »

La capacité à innover (citée par 51% des répondants) devance ainsi l’engagement au top des qualités attendues pour mieux appréhender les enjeux métiers.

« Le rythme rapide et l’évolution constante des technologies et de leur utilisation en entreprise [impliquent] un travail énorme pour les équipes informatiques », a ajouté le directeur des systèmes d’information. Elles doivent non seulement « suivre les meilleures pratiques d’opération, maintenance et sécurisation de leurs logiciels et systèmes ». Mais aussi « stimuler l’innovation en tant que véritable partenaire des directions métiers. »

*L’enquête a été menée au T4 2018 par Precision Sample pour INAP auprès de 500 professionnels IT ayant des responsabilités en matière de centres de données, de serveurs et d’infrastructures cloud.

(crédit photo © Mark Agnor / shutterstock.com)

Lire aussi :