Emploi IT : le Royaume-Uni mise sur son visa HPI

Les pays et les entreprises rivalisent pour attirer les profils technologiques les plus demandés du marché. Dans ce contexte, le Royaume-Uni a lancé le 30 mai son visa HPI (High Potential Individual), équivalent britannique du visa H1B américain réservé aux profesionnels très qualifiés.

« Dans l’ingénierie et la cybersécurité ou encore la recherche avancée en santé, le Royaume-Uni sera en mesure d’accueillir des personnes talentueuses pour stimuler la croissance économique ainsi que les avancées technologiques et médicales », a indiqué le gouvernement britannique par voie de communiqué.  « La compétition pour attirer les meilleurs talents internationaux est féroce. Recevoir des profils d’universités internationales permettra de compléter le bassin de diplômés particulièrement brillants d’universités britanniques », a ajouté le Home Office.

Qui peut bénificier d’un visa HPI ?

Les profils diplômés de 50 universités et grandes écoles considérées comme les plus prestigieuses à l’échelle mondiale sont éligibles. Harvard et le MIT aux Etats-Unis, l’université de Kyoto au Japon ou encore l’université PSL (Paris Sciences et Lettres), la seule classée pour la France, font partie des établissements concernés.

Pour obtenir le sésame, les contrôles de sécurité s’appliquent toujours, ainsi qu’un test de maîtrise de la langue anglaise. Le visa coûte 715 £ (837 € environ) auxquels viennent s’ajouter des frais supplémentaires non négligeables (santé, « maintenance funds »…). Les candidats retenus recevront un visa de travail de 2 ans (3 ans pour ceux qui ont un doctorat) et seront autorisés à emprunter d’autres voies vers un emploi à long terme, en famille le cas échéant.

Attirer les talents internationaux

Effectif depuis le 31 janvier 2020, le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne (« Brexit ») a compliqué les recrutements de professionnels nés, basés et formés à l’étranger. Le Home Office a donc souhaité simplifier et rendre plus rapide le processus d’obtention du visa pour les profils « à haut potentiel ». Le nombre de visas délivrés n’est pas plafonné, mais leur obtention reste « très sélective ».

Comme a relevé le Financial Times, l’initiative n’est pas sans rappeler le Highly Skilled Migrant Program actif de 2002 à 2008. Toutefois, contrairement au précédent programme, le nouveau visa HPI permet à ses bénéficiaires de venir au Royaume-Uni sans recommandation, ni promesse d’embauche obtenue au préalable auprès d’une entreprise basée dans le pays.

Il n’est plus question, tout du moins officiellement, de témoigner d’un certain niveau de salaire ou encore de démontrer que le poste convoité ne peut être pourvu par un travailleur britannique.

D’autres pays cherchent à rapprocher l’offre de compétences technologiques disponibles de la forte demande émanant d’entreprises et administrations publiques. La France promeut ainsi la création d’un guichet unique d’information, « European Tech Talent », capable de renforcer l’attractivité de l’Europe auprès de profils qualifiés internationaux.

(crédit photo © Sergey Tarasov – Adobe Stock)