Pour gérer vos consentements :

Work Trend Index : le travail hybride mis à (rude) épreuve

Deux ans après la bascule massive vers le télétravail partiel ou à temps plein, l’expérience est diversement appréciée par les équipes et leurs managers. C’est l’un des enseignements du « Work Trend Index » 2022 promu par Microsoft.

Dans un proche avenir, votre entreprise va-t-elle (à nouveau) exiger de ses employés de travailler en présentiel à temps plein ? La question a été posée dans le cadre de ce baromètre alimenté par des données* multiples. 31 000 personnes dans 31 pays sont concernées.

50% des responsables métiers et informatiques interrogés (42% en France) le pensent. En revanche, 52% des employés (32% dans l’Hexagone) opteraient volontiers pour le maintien du télétravail ou du travail en mode hybride (en présentiel et à distance).

Aussi, 74% des managers (72% en France) considèrent qu’ils n’ont pas l’influence ou les ressources nécessaires pour opérer des changements attendus dans ce domaine par les équipes. 54% des responsables (48% au niveau national) considèrent même que le top management est en « grand décalage » avec les employés sur ces questions.

Hybride, vous avez dit hybride ?

Il reste que le travail hybride ou à distance est loin d’être une partie de plaisir pour la plupart des professionnels. En deux ans, le temps passé dans les réunions Microsoft Teams a augmenté de 252% pour l’utilisateur moyen de la plateforme collaborative dans le monde.

Malgré tout, 81% des employés (même taux en France) disent être autant ou plus productifs en télétravail, partiel ou à plein temps, qu’en présentiel. En revanche, 54% des décideurs (52% en France) estiment que la productivité a été impactée négativement par la bascule opérée vers le remote work pour maintenir l’activité en période de pandémie de Covid 19.

Aussi, le labeur distant ne signifie pas nécessairement « toujours actif », soulignent les auteurs du rapport. « Les milliards de signaux de productivité anonymisés à travers Microsoft 365 témoignent certes d’un travail flexible en action. A mesure que les employés l’intègre, toutefois, il est nécessaire de lutter contre l’épuisement numérique », disent-ils.

Le groupe Microsoft lui-même a opté pour un retour au bureau couplé au mode « hybride ».

*L’étude s’appuie sur une analyse de données issues de Microsoft 365 et LinkedIn, en plus de l’enquête initiale.

(crédit photo via pexels)

Recent Posts

DevSecOps : Snyk plie mais ne rompt pas

Snyk rejoint la liste de licornes de la cybersécurité qui réduisent leurs effectifs pour affronter…

4 heures ago

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

5 heures ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

10 heures ago

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

1 jour ago

Cloud : Microsoft peine à se convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

1 jour ago

PC, tablettes et smartphones : la dégringolade qui s’annonce

Tensions géopolitiques, inflation et difficultés d'approvisionnement impactent à la baisse le marché des terminaux. En…

1 jour ago