Emploi dans le logiciel : moins de recrutements, moins de turnover

Régulations

Le volume des recrutements réalisés en 2013 par les éditeurs de logiciels en France a reculé de 7% par rapport à l’an dernier. Mais des signes positifs annoncent une possible amélioration pour l’année en cours, d’après le baromètre RH Afdel/Apollo.

Publiée par l’Association française des éditeurs de logiciels et solutions Internet (Afdel) et le courtier en assurances Apollo, la deuxième édition du baromètre RH témoigne d’un repli des recrutements en 2013 chez les éditeurs. Mais la baisse (-7%) est moins marquée que sur le reste du marché IT en France. Pour 2014, l’éclaircie est pressentie (lire : Emploi : les recrutements d’informaticiens repartent à la hausse).

Commercial et marketing privilégiés

Si les embauches diminuent, les départs également. Ainsi, 76% des éditeurs du panel constatent une stabilisation ou une diminution du taux de rotation du personnel. Et le turnover moyen des professionnels du logiciel (10,5% en 2013) est l’un des plus bas des métiers informatiques (il est en moyenne de 15% dans les SSII).

Tablant sur une stabilité de leur carnet de commandes, les éditeurs sont restés prudents. Mais des signes annoncent un renversement de tendance dans les recrutements pour 2014. Les entreprises du logiciel se sont davantage tournées, l’an dernier, vers les commerciaux et, dans une moindre mesure, vers le marketing, parent pauvre du secteur (4% des effectifs). Et ce après avoir centré leurs embauches sur les fonctions support clients en 2012, « traduisant une attention pour la base installée », explique l’Afdel.

Par ailleurs, 20% des éditeurs interrogés envisagent d’augmenter la proportion de femmes dans leurs équipes, en particulier sur la fonction cœur de métier : le développement (lire : Technologies de l’information : où sont les femmes ?). De leur côté, les candidats à l’embauche étudient de près le salaire (augmenté de plus de 5% en 2013 par un tiers des entreprises du panel) et les conditions de travail. Mais aussi les éléments de protection sociale, observe Christophe Gautié, fondateur d’Apollo conseil et courtage.

Attirer les talents techniques

Les entreprises du logiciel et de l’Internet observent, dans leur majorité (60%), une stabilisation ou une baisse des tensions sur les recrutements. Toutefois, 20% des éditeurs mettent encore plus de 6 mois pour recruter un ingénieur en développement. Et ce malgré un niveau de chômage record dans les métiers IT (lire : Emploi : le chômage des informaticiens grimpe encore).

Dans le logiciel, certaines entreprises peinent à pallier leur déficit de notoriété et à proposer des rémunérations attractives. « N’oublions pas que l’univers des éditeurs de logiciels se compose, entre autres, de nombreuses TPE dont la richesse est de pouvoir proposer à leurs collaborateurs une proximité et une large part d’autonomie et d’initiative », explique Muriel Sabourault, responsable RH de l’éditeur de solutions de gestion des processus métiers W4.

Pour attirer des spécialistes des langages de développement (.Net, Java…), du web (Html5, CSS 3) et des bases de données, les éditeurs se livrent une forte concurrence. La compétition est vive également dans les domaines en croissance, tels que le Big Data. 20% des entreprises du logiciel envisagent de recruter ce type de profils dans les prochains mois (NoSql, Hadoop…).


Voir aussi

L’expatriation des jeunes français ? Plutôt positif pour l’industrie du numérique


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur