Emploi : niveau record de chômage chez les informaticiens, quelques lueurs d’espoir

Régulations

Le chômage des informaticiens bat, en octobre, un nouveau record. Le nombre d’informaticiens sur la touche a plus que doublé depuis la mi-2008. Quelques raisons d’espérer une inversion de tendance se font pourtant jour.

Le nombre de chômeurs a beau légèrement baisser toutes professions confondues (20 500 chômeurs de catégorie A en moins fin octobre par rapport à un mois plus tôt), les rangs des informaticiens sans emploi continuent à grossir. Selon les chiffres de Pôle Emploi, la France comptait fin octobre 34 500 chômeurs de catégorie A cherchant un emploi dans les systèmes d’information et de télécommunications. Soit 600 de plus que fin septembre.

Certes, la hausse du nombre de chômeurs ralentit dans les professions IT : courant octobre, elle est limitée à 1,8 % contre 3,3 % un mois plus tôt. En englobant les mois de juillet et août, le ralentissement de la hausse semble s’inscrire dans la durée, puisque la hausse atteignait encore 5 % au début de l’été et 4,5 % dans le courant du mois d’août. Reste que, alors qu’une stabilisation est en vue dans l’économie française dans son ensemble (-0,6 % sur les chômeurs de catégorie A en octobre), le retournement de tendance n’est toujours pas là dans l’informatique.

Un record depuis février 2005

La hausse continue du chômage dans la profession, démarrée à l’été 2008, se poursuit, même si quelques mouvements de reflux ont ralenti la crue. Comme ce fut le cas entre février et juin de cette année. Il faut même remonter à février 2005 dans les séries statistiques publiées par la Dares, le département statistique du ministère du Travail, pour retrouver un niveau de chômage dans la profession supérieur à celui de cet automne 2013.

Concrètement, le nombre de chômeurs dans la catégorie systèmes d’information a plus que doublé depuis la mi-2008, le point bas étant observé en juin de cette année avec seulement 14 800 chômeurs dans la catégorie systèmes d’information et de télécommunications.

Sur un an, la progression est tout aussi spectaculaire, avec 4 600 chômeurs supplémentaires dans l’informatique (+ 15,4 %) entre octobre 2012 et 2013.

8,7 % de chômage selon le Munci

Rappelons que, la catégorie systèmes d’information et de télécommunications de Pôle Emploi n’englobe pas l’ensemble des profils d’informaticiens, certains étant versés dans d’autres catégories.

En début de semaine, le Munci, une organisation syndicale d’informaticiens, expliquait avoir obtenu de la Direction des études de Pôle Emploi, les chiffres des demandeurs d’emploi IT répartis dans toutes les catégories (et non dans le seul code Rome correspondant à Systèmes d’information et de télécommunication). Selon l’organisation, fin septembre, ce sont pas moins de 76 744 chômeurs (de catégories A à E, les catégories D et E correspondant à des personnes inscrites mais qui ne sont pas en recherche d’emploi) que dénombrait les statisticiens de Pôle Emploi. Dont 52 273 pour la seule catégorie A. Soit, pour cette seule catégorie, un taux de chômage de 8,7 %. A comparer à un taux d’environ 7 % si on se limite à la seule catégorie Systèmes d’information. « Les métiers de la création multimédia, de la maintenance et du développement informatiques sont les plus touchés par le chômage dans nos professions », écrit le Munci.

Offres d’emploi : léger mieux en octobre

Après une légère contraction en 2013 (- 0,3 %), la chambre patronale Syntec Numérique prévoit une croissance de 1 % pour le logiciel et les services en 2014. Probablement insuffisant pour relancer les embauches, mais au moins le secteur peut-il espérer stabiliser la courbe d’un chômage qui n’en finit plus de grimper.

Au cours des douze premiers mois de l’année, le nombre d’offres d’emploi à l’attention des informaticiens a une nouvelle fois baissé de 2%, selon l’Apec. L’informatique, avec 161 194 annonces à son actif, n’est plus le principal débouché pour les cadres. Depuis le second trimestre 2013, la filière est devancée par le secteur commercial et marketing. En octobre toutefois, l’Association pour l’emploi des cadres a noté un rebond des offres dans le secteur IT (+5% par rapport à octobre 2012). Une autre raison d’espérer une inversion de tendance.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur