En 2008, les services télécoms reculent, l’Internet mobile stagne

Cloud

Les services télécoms, en recul en 2008, ne devraient pas connaître de véritable hausse en 2009 dans le monde. Décollage de l’internet mobile en 2012, selon l’Idate

En 2008, ni les services télécoms, ni le secteur de l’Internet mobile n’ont réussi à s’affranchir de la morosité et à l’attentisme inhérents à tout contexte de ralentissement économique.

Selon une récente étude réalisée par l ‘Idate, la croissance des services télécoms a enregistré un net ralentissement en 2008. La progression moyenne annuelle du secteur, de 6% entre 2005 et 2007, ne devrait pas dépasser 4,2% en 2008.

En 2008, le marché mondial des services télécoms est estimé à 1.050 milliards d’euros, en augmentation de 4.2 % par rapport à 2007 et il devrait dépasser les 1.400 milliards d’euros en 2009“, explique Didier Pouillot, chef de projet de l’analyse.

Le recul de l’activité est particulièrement important dans les pays industrialisés où la croissance est“à un plus bas historique“, ajoute l’Idate.

En Amérique du Nord, la croissance est passée de 4% à 1,8%. En Europe, le schéma est identique avec une chute de 1,9% à 0,8%. Néanmoins, le pays le plus touché reste sans doute le Japon avec une croissance négative (-2,7%).

Ni la progression de services comme l’IPTV ou de le VoIP ne parviennent à enrayer la baisse dans les marchés matures.

Plusieurs éléments permettent d’expliquer cette baisse de la croissance. Le recul de l’activité fixe chez certains opérateurs, à l’image de Deutsche Telekom ou encore l’arrivé à maturité des marchés mobiles occidentaux ont contribué à provoquer un ralentissement général de l’activité. Le nombre de lignes fixes a chuté de 10 millions au cours de l’année 2008, soit une baisse de 1% sur l’ensemble du parc mondial.

Les services mobiles (54% du marché des services télécoms) sont eux aussi touchés par ce même ralentissement. Entre 2007 et 2008, la croissance du secteur est passée de 12% à 8%. L’augmentation du parc mobile de 17% a été annulée par une baisse de l’ARPU (dépense moyenne par utilisateur) à 17,5 dollars.

Seul l’Internet haut débit semble avoir réussi à tirer son épingle du jeu avec une augmentation de 20 milliards de dollars de son chiffre d’affaires sur l’année 2008.

Internet mobile, 2012 en ligne de mire

L’internet mobile suscite plus d’optimisme, malgré un nombre d’utilisateurs encore très bas. Aux Etats-Unis et en Europe, le nombre d’abonnés à ce service n’a représenté en 2007 qu’entre 7 et 12% de l’ensemble des souscriptions.

Le réel décollage n’est pas attendu avant 2012. Selon l’Idate, le nombre d’abonnées actifs à l’Internet mobile devrait progresser de 30% en Europe pour atteindre le chiffre de 163 millions d’utilisateurs, soit bien plus que les Etats-Unis qui compteront, selon les projections, quelques 120 millions d’usagers actifs.

Les pays asiatiques restent néanmoins les leaders incontestés. Le Japon, où l’internet mobile existe depuis 10 ans, dispose d’une pénétration du service de plus de 80%, contre 70% en Corée du Sud. L’Europe et les Etats-Unis devraient toutefois dépasser ces deux pays en nombre d’usagers.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur