En Turquie, Mastercard déploie la montre qui paie

Régulations

Payer sans contact, c’est payer plus souvent. Sur ce constat,
Mastercard lance une montre qui permet à des consommateurs turcs de payer ainsi.
En attendant l’Europe…

En Turquie, le poignet des clients de la Garanti bank est à présent orné d’une montre équipée de la technologie Paypass, annonce Mastercard, le fournisseur de solutions de paiement à l’origine de l’initiative, le 21 mai dernier. Et les cartes de paiement et de fidélité « garanti bonus trink » du même établissement, bénéficient de la même technologie, qui permet le paiement sans contact. « Il s’agit de cartes avec des pistes magnétiques, même si, à terme, le passage à la norme EMV est prévu. Pour l’instant les informations contenues dans la piste sont incluses dans la carte, et transmises par RFID au lecteur de cartes sans contact, dont s’est équipé le commerçant et qui est relié à son terminal de paiement. Mis à part cette transmission d’informations, le reste de la transaction s’effectue comme avec une carte normale » explique Bruno Carpreau, responsable des activités sans contact chez Mastercard. En Turquie, plus de 600 commerçants tels comme Burger King, Starbucks, Cinebonus, TAV (parking de l’Istanbul Atatürk Airport), et la société de Ferry d’Istanbul, acceptent ce moyen de paiement, pour des montants n’excédant pas 15 euros, donc sans signature ni saisie de code secret. Le tout en une demi-seconde. Contact avec l’Europe Le spécialiste des moyens de paiement annonce qu’au premier trimestre 2007, plus de 14 millions de cartes et outils (accessoires, porte clés, montres) permettant de payer sans contact, sont acceptés chez 51.000 commerçants dans le monde. Il s’agit en particulier des chaînes comme McDonald’s, Starbucks, 7 Eleven, CVS, Duane Reade, Sheetz et Regal Entertainment Group. Stades de foot et de baseball seraient également entrain d’adopter cette solution. « L’essentiel des cartes sans contact sont pour l’instant déployées aux Etats-Unis» explique Bruno Carpreau. Néanmoins, la société développe de nombreux projets en Malaisie, en Corée, au Liban, à Taïwan, ou encore au Mexique. Et l’Europe n’est pas en reste. Si elle reste un territoire à conquérir, c’est à cause du déploiement de la norme EMV, d’après Bruno Carpreau. Laquelle n’est pas un obstacle pour le « sans contact » : la marque a développé la solution one smart pay pass, qui en respecte les normes. Un projet est donc déjà opérationnel en Suisse, avec Mac Donald, la chaîne de restauration rapide. A Londres, en septembre prochain, des banques importantes devraient offrir ce même service à leurs clients. Et, en France, à Toulouse, un projet avec Cofinoga prévoit des cartes de paiement et de fidélité sans contact pour les clients. A Strasbourg, le crédit Mutuel adoptera le téléphone portable. D’après le spécialiste de solutions de paiement, 75% des transactions sans contact concernent des achats inférieurs à 20 euros. Mais surtout, lorsqu’elles sont équipées de cette technologie, les consommateurs emploient plus fréquemment leurs cartes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur