Enquête France Télécom: DSK dédouane Michel Bon

Régulations

“Je n’ai pas de reproche à faire à Michel Bon, a déclaré Dominique Strauss Kahn, l’ancien ministre de l’Economie du gouvernement de Lionel Jospin, devant la commission d’enquête parlementaire sur les entreprises publiques.

La question était de savoir quelles informations et instructions avaient été données en particulier sur le rachat de NTL , le câblo-opérateur britannique. Dominique Strauss Kahn a rappelé le contexte de l’époque: le divorce entre Deutsche Telekom et France Télécom qui a incité l’opérateur national à regarder du côté du Royaume-Uni, de l’Allemagne, tandis que Deutsche Telekom se lançait aux Etats-Unis, lui aussi dans une aventure (rachat d’un opérateur de mobiles). ”

Michel Bon a agi conformément à ses pouvoirs et dans le cadre d’une stratégie décidée par le gouvernement, a déclaré l’ancien ministre de Lionel Jospin. DSK a aussi rafraîchi les mémoires sur des points précis: le montant annoncé initialement, le 16 juillet 1999 était d’un milliard de dollars. Puis en quelques jours, après surenchères, il est subitement grimpé à 5,5 milliards! Et Bercy n’en a été informé qu’après coup… Selon DSK – dont les propos sont rapportés par le Figaro, il aurait été préférable de lâcher NTL dès le mois de mai 2000, après le rachat d’Orange. Quant à Philippe Douste-Blazy (UMP), président de la commission d’enquête, il dit ne pas vouloir en rester là sur ce dossier. Il veut encore tirer les conclusions “du rachat de MobilCom et de NTL“. A suivre, donc.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur