Entente sur le prix des disques optiques : Hitachi-LG Data Storage plaide coupable

JuridiqueRégulations
Du rififi dans le nuage entre Amazon et Google

Après leur firme en novembre, trois cadres de Hitachi-LG Data Storage plaident coupable d’avoir participé à une entente illégale sur le prix des lecteurs de disques optiques fournis aux fabricants de PC et de consoles de jeu.

Les fabricants de PC Dell et HP, de novembre 2005 à septembre 2009, ainsi que Microsoft sur sa console de jeu entre juin 2007 et mars 2008, ont été victimes d’une entente sur les prix entre des fabricants coréens et taïwanais de lecteurs/graveurs de disques optiques (CD et DVD) intégrés aux machines, violant en particulier les lois américaines antitrust dites « Sherman Act ».

Le DOJ (Department of Justice) a mené l’enquête sur ce que la division de l’autorité antitrust américaine appelle une conspiration, qui s’étalerait sur d’autres industriels dont les noms n’ont pas été dévoilés.

Trois cadres de Hitachi-LG Data Storage (HLDS) – une joint venture entre le japonais Hitachi et le sud-coréen LG Electronics – parmi lesquels figure le vice-président du marketing sur les ventes de lecteurs de disques optiques en charge des comptes Dell, HP et Microsoft, ont reconnu devant une Cour de justice californienne avoir participé à une série de rendez-vous et de conversations afin de s’entendre sur les prix pratiqués. Au cours de ces conversations, les protagonistes auraient échangé des informations sur les ventes et les prix.

Tous trois ont plaidé coupable et risquent une peine de prison de 7 à 8 mois et une amende de 25.000 dollars.

C’est le second épisode de cette affaire : en novembre, le groupe HLDS – poursuivi par la Cour de justice de San Francisco pour la violation de 14 règles antitrust – avait également plaidé coupable et été condamné à une amende de 21,1 millions de dollars.

Le DOJ poursuit son enquête…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur