Entreprises: il est temps de migrer vers l’IPv6

Réseaux

Le basculement vers l’IPv6 est indispensable aux entreprises face à la pénurie d’adresses IP qui se profile à grand pas sous l’IPv4.

Internet haut débit, Internet mobile, M2M, objets communicants… les applications transitant par le réseau mondial se sont multipliées ces dernières années au point que l’on frôle la pénurie d’adresses IPv4. Pour mémoire, une adresse IP est un identifiant unique permettant de repérer une machine (terminal, serveur…) sur Internet. Selon les experts, notamment le NRO (Number Resource Organisation), il reste moins de 5 % des adresses IP disponibles sur le protocole IPv4. Autant dire que la disponibilité d’adresses Internet pourrait se tarir définitivement avant la fin de l’année 2011.

Seule solution pour les entreprises: migrer vers l’IPv6 au potentiel d’adresses IP quasi infini. Une opération délicate que les professionnels repoussent toujours plus loin. A la fois pour des raisons techniques, notamment à cause des changements au niveau de l’ensemble du coeur de réseau, et budgétaires. La migration nécessite en effet un passage brut de l’IPv4 à l’IPv6. Et aucune rétrocompatibilité n’est assurée. La transition passe donc par une gestion parallèle des deux protocoles avant de définitivement tout basculer en IPv6.

C’est ce qu’explique l’opérateur Nerim dans le livre blanc Comprendre IPv6 (disponible à partir d’ici). Pour Christophe Carel, président de Nerim, « il est préférable de penser son réseau en IPv6 plutôt que de subir une migration par la suite ». Une situation que Nerim est en mesure de gérer puisque l’opérateur a intégré l’IPv6 dans ses services depuis 2003. Une illustration du fait que les entreprises doivent s’assurer aujourd’hui que leur opérateur sera en mesure d’assurer la transition vers l’IPv6 en temps voulu… ou d’en changer à temps.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur