Eric Leblanc, Silver Peak : « une optimisation WAN complète une infrastructure déficiente »

DSI

Sur le marché de l’accélération de la donnée, Silver Peak – créée en 2004 par David Hugues, un ancien CTO de Cisco qui possède 35 brevets dans le domaine des réseaux – fait figure de leader de l’optimisation WAN. Ses solutions, machines physiques ou virtuelles, reposent sur le logiciel VXOA (Virtual Acceleration Open Architecture) qui

Sur le marché de l’accélération de la donnée, Silver Peak – créée en 2004 par David Hugues, un ancien CTO de Cisco qui possède 35 brevets dans le domaine des réseaux – fait figure de leader de l’optimisation WAN. Ses solutions, machines physiques ou virtuelles, reposent sur le logiciel VXOA (Virtual Acceleration Open Architecture) qui peut être déployé sur de multiples plateformes matérielles et sur les hyperviseurs.

Voici quelques mois, Silver Peak annonçait son intégration avec VMware NSX, la plateforme de virtualisation du réseau, avec pour objectif d’automatiser le déploiement des services réseaux virtualisés. Nous revenons sur cette nouvelle offre avec Eric Leblanc, directeur de la région EMEA Sud & Ouest chez Silver Peak.

Silicon.fr : Silver Peak est connu pour ses appliances physiques. Pourquoi aujourd’hui préconisez-vous également des appliances virtuelles avec VMware ?

Eric Leblanc : Notre CEO, David Hugues, a développé un moyen universel d’accélérer la donnée qui s’appuie sur des mécanismes qui interviennent exclusivement sur la couche IP. Comment apporter une sécurité différenciée pour le transfert de la donnée ? Notre réponse est dans la sécurité disruptive, à  partir de la couche IP, sans plug-in applicatif, mais avec des briques fonctionnelles par machine virtuelle. La couche basse du réseau est implémentable au dessus des hyperviseurs. C’est ainsi que 10 millions de Silver Peak ont été installés chez Google.

Quels sont les avantages d’une telle solution virtualisée ?

Le premier, c’est la pérennité (Eric Leblanc évoque ici la pérennité d’une solution qui s’appuie sur la couche IP – un standard – et son évolution vers le monde des appliances virtuelles avec le standard VMware). Le second, c’est une optimisation WAN simple qui vient compléter une infrastructure souvent déficiente. Nous proposons une brique simple à  installer et à  maintenir, qui ne nécessite pas de compétence réseau. Et qui ne rend pas non plus nécessaire d’upgrader souvent le logiciel, avec seulement une mise à  jour par an.

Enfin, le troisième avantage porte sur la performance, au moins équivalente à  une solution physique, mais sans plug-in applicatif. Ce qui est différenciant, c’est le débit. Nous pouvons optimiser avec un seul produit des liens jusqu’à  5 Go par appliance physique, et jusqu’à  1 Go par appliance virtuelle.

Silver Peak VMware

Sur les équipements Cisco, une difficulté vient du dimensionnement du produit, qui doit prendre en compte la taille du lien et le nombre de cessions simultanées. Chez Silver Peak, notre seul paramètre, c’est la taille du lien optimisé. Cela facilite le design de nos solutions et nous garantit une meilleure efficacité puisqu’il y a moins de matériel. Nous nous appuyons également sur du matériel standard qui nous est fourni en OEM par Dell, ce qui entre dans les calculs de ROI…

Quel est justement le ROI de vos solutions ?

Silvr Peak Eric Leblanc Eric Leblanc, directeur de la région EMEA Sud & Ouest chez Silver Peak

Notre ROI est inférieur à  6 mois sur du virtuel. Le facteur de gain minimum est x2, mais parfois il va atteindre x20 à  x30. Nos apports techniques portent sur la latence, sachant que le protocole IP est lent, ce qui, pour nous, est matière à  optimisation. Prenez en France notre client Steria avec ses 80 datacenters dans le monde : de l’optimisation des infrastructures télécoms, ils en sont venus à  l’optimisation des services Cloud. Ici, le ROI a été atteint dès le premier mois.

Qu’apportez-vous aux opérateurs du Cloud ?

Notre apport tient dans la facilité d’implémentation d’un opérateur de services Cloud directement dans des solutions VMware vCenter et Microsoft existantes, afin de compléter la couche d’hyperviseur de services optimisés. Les opérateurs de Cloud ne sont pas des opérateurs télécoms, même s’ils vendent des services qui entrent en concurrence avec eux. Pour ces acteurs, la performance des accès est générateur de revenus additionnels.

Y a-t-il un domaine o๠votre technologie ne présente pas d’intérêt ?

Il existe un cas en particulier, c’est Citrix ICA, dont les paquets sont très petits, si petits que nous apportons peu de gains de performances. En règle générale, nous sommes très efficaces lorsque nous intervenons sur l’optimisation de la relation avec des sites à  l’étranger.

Et sur le SDN (Software-defined Networking), la virtualisation du réseau ?

Nous avons des travaux en cours avec VMware pour l’implémentation de l’optimisation WAN chez les opérateurs. (Nous noterons que l’annonce de l’optimisation WAN sous VMware NSX peut déjà  être considérée comme le prémice d’un développement SDN).


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à  l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Auteur : admin
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur