Résultats : Ericsson déçoit au 4ème trimestre

Réseaux
Ericsson

Ericsson annonce un chiffre d’affaires trimestriel et annuel 2013 plat par rapport à 2012. Mais la marge brute s’améliore sensiblement.

Ericsson a dévoilé un résultat inférieur aux attentes au 4ème trimestre 2013. Le groupe suédois a publié un chiffre d’affaires de 67 milliards de couronnes (environ 7,6 milliards d’euros) stable par rapport au 4e trimestre 2012 (66,9 milliards de SEK). Le marché en attendait 3% de mieux.

Les bénéfices trimestriels s’élèvent pour leur part à 6,4 milliards de SEK (730 millions d’euros). Bien qu’en croissance de 114% (l’entreprise affichait une perte de 6,3 milliards de SEK due aux charges de la vente de ST-Ericsson), les attentes du marché visaient 11% de mieux. Néanmoins, la marge brute s’améliore significativement à 37,1%, contre 31,1% l’année dernière et 32% au 3ème trimestre 2013.

Retard aux Etats-Unis

Hans Vestberg, le directeur général d’Ericsson – dont le nom a un temps été cité comme possible successeur de Steve Ballmer à la tête de Microsoft -, a justifié ces déceptions en indiquant avoir pris du retard sur deux gros marchés de déploiement aux Etats-Unis et subi les conséquences d’une réduction d’activités au Japon. Néanmoins, Ericsson a continué de gagner des points en Europe, et les projets de déploiement LTE en Chine (où Ericsson équipe deux opérateurs majeurs) et en Russie s’annoncent prometteurs.

Les résultats annuels sont à l’image de ce 4ème trimestre : 227,4 milliards de SEK (25,7 milliards d’euros) de CA, légèrement inférieur aux 227,8 milliards de 2012, pour un bénéfice de 12,2 milliards (1,3 milliard d’euros) en hausse de 105%. La marge brute est également en hausse, à 12% contre 9% précédemment. Le groupe dispose d’une trésorerie de 17,4 milliards de SEK (près de 2 milliards d’euros).

La croissance dans les services

Ericsson entend poursuivre sa croissance en accélérant ses activités transverses de services de support réseau (OSS, BSS), managés et déploiements systèmes, auxquels s’ajoute désormais une activité d’offres IPTV (diffusion, traitement de l’image).

« Nous avons consolidé notre cœur de métier et avons pris des mesures importantes pour construire une position de leader dans de nouveaux marchés clés », a commenté Hans Vestberg. 2014 confirmera, ou pas, la justesse de cette stratégie.


Lire également :

En France, le développement d’Ericsson passera par les services IT


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur