ESN : l’OPA de Capgemini sur Altran est couronnée de succès

ProjetsSSII

La prise de contrôle effective d’Altran par Capgemini reste conditionnée à un prochain jugement. Le fonds spéculatif Elliott n’a pas encore abdiqué.

Le groupe français de services IT Capgemini a confirmé le succès de son offre publique d’achat sur la société de conseil en ingénierie et R&D Altran. Après une offre initiale annoncée en juin 2019, le prix de cette OPA amicale avait été relevé à 14,50 euros mi-janvier.

Capgemini avait conditionné le succès de la nouvelle offre à l’obtention de plus de 50% du capital de la société. Or, Capgemini est en mesure de détenir « 53,57% du capital et au moins 53,41% des droits de vote » d’Altran, a indiqué lundi l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Dans ce contexte, conformément à la réglementation, l’offre sur Altran Technologies est rouverte ce mardi 28 janvier jusqu’au 10 février inclus. Les actionnaires qui n’auraient pas encore apporté leurs actions à l’offre peuvent ainsi le faire durant cette période.

Dénouement au printemps 2020

L’offre existante valorise Altran 3,7 milliards d’euros (hors dette). À défaut d’un revirement de dernière minute, Capgemini et Altran vont pouvoir engager leur rapprochement pour former un poids lourd de la transformation numérique des entreprises. Un groupe de 250 000 collaborateurs dans le monde qui afficherait 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel.

Mais il reste (au moins) une étape à franchir.

Le fonds spéculatif américain Elliott, qui faisait pression pour une offre à 18 euros par action, n’a pas cédé jusqu’ici ses titres Altran à l’entreprise de services du numérique (ESN), sans grande surprise. Elliot et l’Association de défense des actionnaires minoritaires (Adam), qui juge le prix sous-évalué, ayant déposé l’an dernier un recours en justice pour annulation.

En décembre, toutefois, un juge a autorisé Capgemini à préciser son offre sans attendre le jugement sur le fond. Cette décision de la cour d’appel de Paris doit intervenir d’ici au 24 mars prochain. Une décision favorable à Capgemini lui donnerait toute latitude pour prendre le contrôle effectif d’Altran. Un jugement contraire imposerait au groupe dirigé par Paul Hermelin, qui passera le relais à Aiman Ezzat en mai 2020, de présenter une nouvelle offre.

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT