Eté meurtrier pour Internet Explorer

LogicielsNavigateurs

L’été a été cruel pour Internet Explorer qui est tombé, le week end dernier, sous la barre des 40 %. Mais aussi pour Firefox. Les deux navigateurs reculent au profit de Chrome.

Pour la première fois de son histoire depuis 1999, Internet Explorer est tombé sous la barre des 40 % des navigateurs actifs, toutes versions confondues. Selon le site Conceivably Tech, le navigateur de Microsoft est descendu à 39,91 % des parts dans la journée de dimanche (28 août), rapporte ITespresso.fr.

Mais, en moyenne sur le mois d’août, il reste encore légèrement au-dessus de ce seuil, à 41,81 %. Cette tendance va-t-elle se confirmer en septembre ? Le mesureur d’audience StatCounter (sur lequel s’est appuyé Conceivably Tech) publie sur son site Internet des données mises à jour quotidiennement sur les parts de marché mondiales des butineurs. Ses graphiques montrent bien la dégringolade d’IE qui a perdu presque dix points de parts de marché entre octobre 2010 et août 2011 (grosso modo de 50 % à 40 %) :

A qui profite la glissade ? A Chrome, de toute évidence. En août 2011, le navigateur de Google s’arroge 23,17  % du marché dans le monde, contre moins de 3  % il y a deux ans. A l’époque, ses challengers étaient Safari et Opera. Maintenant, il vise Firefox qui faiblit en passant sous la barre des 30 %. Soit un retrait de 4 points sur l’année. Et sa crise communautaire risque de ne pas arranger la situation.

Sur le marché européen, IE et Firefox ont des parts de marché quasi-identiques (autour de 35 %, petit avantage pour Microsoft). Parallèlement, sur le même territoire, Chrome a passé la barre des 20 % dans le courant de l’été. Le navigateur de Google s’établissait à 10 % il y a un an. La question est désormais de savoir quand Chrome occupera la place de numéro 1.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur