Etude Gartner sur SOA: attention au retour sur investissement…

Logiciels

40% des utilisateurs de solutions SOA ont du mal à en évaluer l’impact financier

En avant-première d’une session qui se tient à Londres, les 24 et 25 juin prochains (*), le cabinet d’études Gartner nous a remis la synthèse d’une enquête où l’on constate que beaucoup d’entreprises peinent à mesurer le ROI (return on investment)

Selon cette enquête menée fin 2008 auprès de 200 sociétés dans le monde, il ressort que 40% des utilisateurs SOA ne savent pas estimer le temps nécessaire à un retour sur investissement.

Et 50% des utilisateurs qui n’utilisent pas la démarche SOA ne l’ont pas adoptée parce qu’ils disent ne pas pouvoir en démontrer la valeur “métier”.

Beaucoup de firmes viennent à SOA avec des attentes excessives ou surdimensionnées, comme l’espoir de conduire des projets plus rapidement ou selon des cycles de développement plus courts”,constatent les consultants de Gartner.

Et de ce fait, certains projets SOA sont perçus comme non aboutis ou ratés lorsqu’en réalité ce sont des éléments mesurables qui manquent pour évaluer le succès de la réalisation. C’est pourquoi, parfois, les retombées bénéfiques sont là mais certains continuent de mettre en doute les effets observables et ergotent sur le fait que les améliorations ne seraient pas dues à la démarche SOA !

Choisir ses priorités

Pour réussir, le Gartner recommande de se concentrer sur certains points – importants et urgents – où l’on puisse mesurer un retour ou un impact quantifiable. Les retombées positives à constater ou mesurer peuvent être, par exemple:

– accroître l’efficacité dans l’exécution des process métiers: isoler les logiques ‘métier’ des applications fonctionnelles afin d’avoir une vue plus claire de ce que fait le “process”; et bien relever les règles qui le déterminent. Cela peut alors se mesurer par un abaissement des coûts administratifs, et des gains de temps;

– raccourcir les cycles des projets : le principe de SOA avec des résultats par module de services permet une ré-utilisation dans des contextes différents. Cela peut se mesurer: par une internationalisation plus facile et plus rapide de certaines applications, ou par une adaptation plus rapide à des process reposant sur des produits différents ; on peut, par exemple, mesurer le nombre de nouveaux produits déployés par unité de temps; ou créer un indicateur sur l’extension de la couverture du domaine ciblé (par exemple, le nombre de sites ou de pays visés, en fonction du poids en chiffre d’affaires, en nombre d’utilisateurs, etc.)

– en profiter pour déployer de nouveaux modèles économiques à forte croissance: comme le commerce en ligne ou le service applicatif en ligne ou le Saas (Software as a service, via le “cloud computing” ou non) ; mesurer le nombre de process nouveaux ou améliorés sur 6 mois ou un an; valider l’efficacité des nouveaux canaux pour la relation fournisseurs et clients ; mesurer l’augmentation du nombre de transactions ; la réduction du délai nécessaire à l’insertion d’un nouveau partenaire ; le nombre de prospects ; la diminution du coûts marketing et commerciaux…

– penser à ré-utiliser des services internes ou externes aux métiers ; par exemple, les échanges de documents commerciaux ; ou l’extraction de données pour la relation clients ;

– réduire le coût total des développements d’applications et de leur maintenance ; ces coûts tendent à s’alourdir naturellement, sauf lorsqu’il y a des ruptures, comme des programmes de réduction de structure ; une démarche SOA permet d’amortir les effets négatifs de telles ruptures, sources de tensions internes…

Pour résumer,explique un consultant en charge de l’étude, les organisations qui ne sont pas encore engagées dans un programme SOA devraient éviter de construire des cas d’applications à trop long terme. A l’inverse, ils devraient commencer par justifier des investissements de départ, bien ciblés, alloués à des projets bien délimités, répondant bien aux attentes des métiers et dans des délais court terme, de quelques mois“.

__

(*) Cette étude sera présentée lors du “SOA & Application Development and Integration Summit“, organisé par le Gartner à Londres, les 24-25 juin 2009.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur