Etude PAC/IBM: l’informatisation des PME passe par des aides financières

Cloud

Comment desserrer les freins à l’investissement dans l’innovation, en
particulier informatique? Une étude PAC/ IBM donne quelques clés

L’innovation est indispensable à la croissance et à la pérennité des entreprises, même les plus petites. Si personne ne le conteste, l’accès à l’innovation, en particulier informatique, reste cependant une problématique majeure pour les PME.

C’est tout du moins ce que révèle, sans réelle surprise, une étude réalisée par Pierre Audoin Consultants (PAC) pour le compte d’IBM Global Financing auprès de 130 PME-PMI françaises.

Il apparaît tout d’abord que la moitié des entreprises vont mettre en ?uvre un projet informatique d’envergure d’ici deux ans, en priorité pour la mise en place d’un ERP ou d’une solution logicielle dédiée.

La période est favorable aux investissements, beaucoup d’entreprises ont investi dans leur outil informatique autour du changement de siècle (effet ‘an 2000’), et ce matériel atteint aujourd’hui un certain degré d’obsolescence qui nécessite son renouvellement et l’acquisition de nouvelles générations d’outils.

Certes, les PME affichent un réel potentiel de modernisation, mais encore faut-il qu’elles disposent des moyens pour mener à terme leurs projets d’investissements. Mais en la matière, l’étude PAC est moins optimiste !

Une PME sur trois souffre en effet d’un manque de ressources, ce qui représente un frein majeur à leurs investissements. Manque de trésorerie, certainement, mais aussi phénomène culturel, car selon l’étude ces entreprises ne recourent pas aux services de tiers financiers.

Ainsi, 68 % des PME françaises recourent d’abord à leurs fonds propres pour financer leurs investissements, et seulement 50 % d’entre elles font appel aux services de financement proposés par leur prestataire informatique.

Plus qu’un manque de capacités de financement, c’est bien la psychologie des entreprises petites et moyennes qui est à revoir…

Cette étude PAC est disponible sur le site d’IBM: www.ibm.com/financing/fr.

______

NB: En marge de cette étude, commanditée par IBM, il convient de mentionner le programme “Passeport pour l’Economie numérique” lancé par les pouvoirs publics au début 2007.

A l’initiative de Renaud Dutreil, ministre des PME, du Commerce, de l’Artisanat et des Professions libérales, une mission « TIC et TPE » présidée par Olivier Midière, a conduit à une offre de financement de type “crédit bail” ou “location évolutive” pour les entreprises en création ou nouvellement créées. Cette offre réunit OSEO et les principaux financeurs, notamment les filiales des banques BNP, Crédit Agricole et Société Générale. Les jeunes entreprises peuvent bénéficier d’une location évolutive ou d’un crédit bail pouvant aller jusqu’à 20.000 euros libérables en 48h et, sans formalités, pour leur équipement informatique.

Parmi les supporters actifs de cette solution de financement, figure notamment Patrick Dohin, président fondateur de Computerland, SSII pionnière de la micro-informatique pour les PME.

Les bénéfices du financement externe Selon l’étude PAC/IBM, 61 % des PME françaises ont déjà eu recours à un financement externe. Quels avantages en tirent-elles ?- 90 % : transparence et contrôle des coûts ; – 87 % : financer des projets lourds lors de leur lancement ; – 80 % : anticiper des paiements abordables et prévisibles ; – 72 % : libérer des ressources financières internes ; – 71 % : aligner les flux de paiements sur les bénéfices attendus.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur