Eugène Kaspersky: « Je ne condamne pas la stratégie Sécurité de Microsoft »

Sécurité

Le patron fondateur de Kaspersky, de passage à Paris pour le salon ‘Sécurité
et Stockage’, revient sur son sujet favori « Le cyber-crime ». Il donne également
son avis sur les choix opérés par Microsoft: à l’inverse de Bruxelles, il estime
légitime que l’éditeur de Windows Vista cherche à vendre ses propres produits en
« bundles »…

Toujours prêt à étonner ou surprendre son auditoire, le champion des anti-virus, avec son mémorable accent russe, n’a rien à redire contre les ambitions de Microsoft: il considère comme normal et acceptable que Windows Vista inclue nativement des solutions de sécurité.

En clair, il donne tort à la Commission europénne qui veut obliger la firme de Bill Gates à dissocier son offre de logiciels de sécurisation de son offre  » système d’exploitation ». Il se dit convaincu que les éditeurs spécialisés comme Kaspersky n’ont rien à craindre.

Explication: en proposant son propre antivirus (deux options, en fait), Microsoft contribuerait directement à éduquer les utilisateurs, à les sensibiliser dès l’achat de leur PC aux risques d’infection par des virus, des vers ou des agents espions.

« Permettez-moi de reprendre l’analogie sur l’usage de la brosse à dents« , lance Eugène Kaspersky [regard plein de malice]. « Une fois que quelqu’un a fait la promotion de l’indispensable lavage quotidien des dents, nous avons ensuite des consommateurs avertis, par millions, qui savent choisir leurs meilleures brosses à dents!« .

Et de préciser que même l’offre OneCare de Microsoft (qui s’annonce nettement plus élaborée que Windows Defender Anti-virus devant être intégré dans Windows Vista) n’effraie pas le fondateur de Kaspersky.

« Microsoft se positionne sur ce créneau logiciel parce qu’on ne peut plus livrer un navigateur Internet sans un minimum de protection. Mais également parce qu’il existe là un gros business : certaines études évaluent le marché à 4,5 milliards de dollars! Mais encore faut-il que les produits soient solides. Je suis prêt à parier que les « crackers » vont tenter de percer le barrage sur Vista, et certains y parviendront. La plupart des protections mises en place protègent des intrusions par des ‘Chevaux de Troie’ exploitant des vulnérabilités par « buffer overrun ». Or, ces intrusions ne représentent 5% des infections, guère plus. »

( A suivre )

___

A lire également, le blog « spécial salon Sécurité / Stockage », VNUnet/ Silicon.fr: http://securite-stockage.vnunet.fr/


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur