L’Europe et la Corée s’associent autour de la 5G

MobilitéRéseaux

L’Union européenne et la Corée du Sud signent un accord de coopération dans les technologies de l’information, notamment pour développer la 5G.

L’union européenne et la Corée du Sud ont signé, ce lundi 16 juin à Séoul, un accord de co-développement des technologies devant accompagner la 5e génération de téléphonie mobile (5G). L’idée étant de développer des standards communs et mondiaux permettant aux deux régions de déployer de manière homogène la future technologie.

Renforcer la coopération dans les TIC

«  Dans une déclaration conjointe, les deux parties ont convenu de travailler étroitement pour renforcer la coopération dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC), en particulier en travaillant étroitement ensemble pour développer des technologies liées, des normes et des politiques pour le réseau de la cinquième génération (5G) », énonce un communiqué du ministère sud-coréen de la Science, des TIC et de la Planification du futur cité par l’AFP.

Rappelons que la 5G entend apporter un bond significatif technologique en matière de réseau mobile, dont une largeur de bande passante qui pourrait atteindre les 10 Gbit/s par terminal, la réduction des temps de latence (annoncés comme voisins de zéro), l’émergence du concept d’Internet « tactile » pour renforcer la notion de réalité augmentée, et un meilleur service pour les applications du réseau, l’Internet des objet, le cloud mais aussi l’industrie du broadcast, de la e-santé, de la sécurité des transports, etc. Autant d’évolutions qui impliqueront la mise au point de nouvelles technologies à l’orée 2020.

Installer la 5G dans le monde

En avance dans le déploiement du LTE (4G) et LTE-Advanced (4G+), la Corée avait fait part, en début d’année, de son intention d’accélérer le déploiement de la 5G avec un plan de financement gouvernemental de 1,1 milliard d’euros sur 6 ans. De son côté, l’Europe a déployé plusieurs programmes de développement dontle 5G PPP, un partenariat public-privé doté de 700 millions d’euros. De son côté, le chinois Huawei figure comme un acteur proactif dans le développement de la 5G auquel il entend consacrer 600 millions d’euros tout en œuvrant à un travail communautaire (notamment en Europe en tant que membre du programme de R&D Metis ainsi qu’en doublant ses investissements de recherche dans la région).

Autant d’initiatives qui visent à installer de manière harmonieuse la 5G dans le monde, y compris au niveau de l’exploitation des fréquences. Bruxelles et Séoul ont notamment indiqué vouloir inscrire leur collaboration auprès des instances internationales telles que l’UIT (Union internationale des des télécomunications) et la CMR (Conférence mondiale des radio-communications).

crédit photo © timquo – shutterstock


Lire également
Nokia et NTT Docomo testent ensemble la 5G
Ulrich Dropmann, NSN : « L’Europe profitera de la 5G pour combler son retard »
Viktor Arvidsson, Ericsson :« La rupture technologique de la 5G se fera par les usages »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur