Externalisation: grève sévère à la DSI de Schneider Electric

Régulations

Les 350 informaticiens de Schneider Electric à Grenoble se sont mis en grève, spontanément ou presque, après un vote à la quasi unanimité contre les conditions de leur future externalisation vers Capgemini

C’est pratiquement sans préavis que la totalité ou presque de la direction du système d’information, installée à Grenoble, s’est mise en grève cette semaine. La DSI du groupe compte 750 salariés environ. Les 350 informaticiens basés en France, essentiellement sur les sites de Grenoble et de Rueil Malmaison, voient d’un très mauvais oeil les conditions de leur réintégration dans Capgemini. C’est en effet ce dernier qui a remporté le contrat d”outsourcing’ (1,6 milliard sur 10 ans), après avoir été en concurrence avec Accenture, notamment (lire notre information). La décision d’une externalisation des services informatiques et télécoms remonte à plusieurs mois. Mais une fois le choix de Capgemini arrêté, les discussions avec les syndicats ont pris très vite un tour critique. Beaucoup de salariés sont en poste depuis de longues années, et l’éventualité d’une remise en cause des conventions collectives a soulevé un tollé. L’intersyndicale -réunissant CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT et FO- a invité les salariés à cesser le travail. Effectivement, les appels téléphoniques sont restreints à quelques postes, les serveurs de messagerie seraient en stand-by… Non, c’est n’est pas une panne d’opérateurs! Le mouvement se poursuivait, plus dur encore, ce 18 novembre matin.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur