Le marché des semi-conducteurs bascule en mode fabless

Composants

Dans le domaine des semi-conducteurs, les sociétés fabless continuent leur progression. IC Insights a établi un classement des 25 sociétés fabless qui ont vendu le plus de puces en 2013.

Alors que les développements de process avancés nécessitent des investissements de plus en plus prohibitifs, nombreuses sont les sociétés à avoir grossi les rangs des acteurs dits « fabless » (c’est-à-dire qui ne possèdent pas les usines (« fabs ») pour graver les puces).

IC Insights s’est intéressé de près à ces sociétés établissant ainsi un top 25 de celles qui ont le plus vendu de puces en 2013.

L’Asie en figure de proue

Les croissances annuelles (de 2012 à 2013) des ventes de puces des sociétés les plus dynamiques sont à 2 chiffres. Celle de la société chinoise Spreadtrum spécialisée dans les puces cellulaires (GSM et TD-SCDMA) atteint 48%. Suivent : MediaTek avec 36%, Qualcomm avec 31%, Dialog Semiconductor avec 17%, HiSilicon avec 15%, Realtek avec 14%, Novatek avec 11%, Avago avec 9%, Cirrus avec 8%, Semantech avec 7% et Marvell avec 7%.

A noter que les 4 premières sociétés sont fortement engagées dans le marché des équipements mobiles grand public, secteur porteur s’il en est.

Un autre dénominateur commun finit de dresser le profil type de ces sociétés fabless qui ont le vent en poupe : 8 parmi les 20 qui ont le plus vendu de puces en 2013 sont basées en Chine ou à Taïwan (plus une à Singapour). Malgré tout, les États-Unis dominent encore le secteur avec 14 sociétés dans le top 25 contre 9 en Asie (5 à Taïwan, 2 en Chine, 1 au Japon et 1 à Singapour) et 2 en Europe.

Top25_Sociétés_Fabless_2013

Un marché à l’heure des consolidations

Le marché est substantiel puisqu’il a représenté 77,91 milliards de dollars en 2013, un chiffre en hausse de 8% en un an (72,11 milliards de dollars en 2012). Substantiel, il est aussi plus porteur que le marché global des puces. La croissance annuelle moyenne des ventes des sociétés fabless du top 25 s’établit à 12% et a augmenté entre 4 et 5 points de plus que la moyenne du marché. On notera cependant que celle des autres (hors top 25) sociétés fabless a baissé de 5%.

Ce recul s’explique par des consolidations dans le secteur. Ainsi, les ventes de Volterra sont passées de 168 millions de dollars en 2012 à 114 millions de dollars en 2013 en raison de son acquisition par Maxim au quatrième trimestre 2013. Après être entrée dans le giron de Microchip au troisième trimestre 2012, SMSC a vu ses ventes passer de 250 millions de dollars en 2012 à 0 dollar en 2013. Kawasaki a suivi la même voie après avoir été rachetée par Megachips au troisième trimestre 2012 tandis que Trident a purement été dissoute fin 2012.

Les consolidations vont se poursuivre en 2014 avec l’acquisition de LSI par Avago et la fusion de MStar avec MediaTek.

Croissances importantes des ventes et consolidations intensives caractérisent donc le secteur fabless. Ce dynamisme alimente également directement le chiffre d’affaires des sociétés qui possèdent des fabs.

De surcroît, IC Insights prévoit qu’en 2018, les ventes de puces réalisées par les sociétés fabless représenteront au moins 33% du marché global des circuits intégrés.

Crédit photo @ALS

Lire aussi :

Semi-conducteurs : pourquoi IBM réfléchit à une stratégie fabless


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur