Pour gérer vos consentements :

FaceApp : 2 choses à savoir pour sauver ses données

La frénésie autour de l’application FaceApp a rapidement tourné à des appels à la vigilance sur l’utilisation des données privées à l’insu des utilisateurs.  Mais aussi sur les premières escroqueries qii exploite le phénomène.

1- La Cnil met en garde sur les conditions d’utilisation des données

La première l’a fait sous la forme de conseils relatifs aux applications de retouche photo.
Une catégorie dont FaceApp relève avec ses filtres modificateurs de visages.

« L’attractivité ou le caractère ludique du service proposé ne doit pas occulter les éventuelles contreparties concernant l’utilisation de vos données personnelles », explique la Cnil.


Et de rappeler que l’entreprise doit préciser à l’utilisateur si ses photos sont :

  • stockées ou non dans l’UE (et combien de temps elle sont conservées) ;
  • communiquées à des tiers ;
  • réutilisées à d’autres fins, typiquement publicitaires ;
  • et s’il existe, pour l’utilisateur, un moyen d’exercer ses droits RGPD

Attention également, toujours selon la Cnil, aux applications qui fonctionnent en tâche de fond et continuent à collecter des données.

On gardera aussi à l’esprit que les photos qu’on partage peuvent inclure des métadonnées comme la géolocalisation.

Ces conseils sont d’autant plus importants avec FaceApp que les développeurs de l’application se sont réservé de nombreux droits en matière d’exploitation des contenus.

2 – FaceApp Pro : une appli qui n’existe pas

Du côté d’ESET,  éditeur de logiciels de sécurité, on s’est fait l’écho d’une fausse version « pro » de FaceApp.

Celle-ci est exploitée de deux manières :

  • Un faux site web sur lequel on est censé pouvoir la télécharger. Sauf que pour aller au bout du processus, il faut visionner des publicités, répondre à des enquêtes, installer d’autres applications ou encore accepter les notifications en provenance de certains sites.
    La version téléchargée est la même que celle qu’on trouve sur Google Play.
  • Des vidéos YouTube qui promeuvent des liens de téléchargement de ce même FaceApp Pro.
    Les liens déclenchent en fait le téléchargement d’autres applications… potentiellement malveillantes.

Photo d’illustration © FaceApp Inc

Recent Posts

Sigfox en redressement judiciaire : la chute d’une pépite qu’on voyait licorne

Une période d'observation de six mois démarre pour l'entreprise toulousaine Sigfox, en quête d'un repreneur.

13 heures ago

Salaires IT : des rémunérations à six chiffres… aux Etats-Unis

La Silicon Valley, Seattle et New York proposent les salaires Tech les plus élevés. En…

14 heures ago

Tech : comment motiver et retenir les talents

Face aux difficultés de recrutement des profils technologiques les plus recherchés du marché, la mise…

19 heures ago

Gestion des données de référence : le top 10 des fournisseurs

Qui sont les têtes d'affiche de la gestion des données de référence (MDM) et comment…

20 heures ago

Ransomware au ministère de la Justice : où en est-on ?

LockBit 2.0 a épinglé le ministère de la Justice à son tableau de chasse. À…

23 heures ago

Stéphane Boulanger, nouveau DOSI du PMU

Le PMU nomme Stéphane Boulanger au poste Directeur des Opérations et des Systèmes d'Information (DOSI).

2 jours ago