Pour gérer vos consentements :

Facebook 12 bougies et rêve de 5 milliards d’abonnés

L’objectif est ambitieux pour Facebook : atteindre 5 milliards d’utilisateurs à l’horizon 2030. C’est-à-dire près de 60 % d’une population mondiale qui compterait, à cette échéance, 8,5 milliards d’individus, selon les projections de l’ONU. Mark Zuckerberg, fondateur et principal dirigeant du réseau social, a fait part de ces ambitions dans le cadre de sa première apparition publique depuis la naissance de sa fille Maxima.

Une vingtaine de personnes avaient été invitées au siège de la société, qui fêtait son 12e anniversaire. Présent sur place, USA Today a repéré, sur l’un des murs, une photo d’Aquila.

Facebook mise beaucoup sur ce drone à la silhouette d’aigle, d’une envergure de 47,50 m, doté d’un système de transmission de données par laser et conçu pour fonctionner pendant trois mois à une vingtaine de kilomètres d’altitude. C’est l’une des technologies retenues pour élargir la couverture du réseau Internet sur la planète. Car sans Internet, pas de Facebook !

Mark Zuckerberg avait déjà évoqué cette problématique à l’été 2013, dans un long billet d’opinion (document PDF, 10 pages), à l’heure où son réseau social comptait officiellement 1,15 milliard de membres. À l’époque, il était question de connecter « les 5 prochains milliards » de personnes. Le nombre d’internautes sur Terre était alors estimé à environ 2,7 milliards, avec une croissance relativement faible, de l’ordre de 9 % par an.

Rappelant que le coût de la data restait un obstacle majeur, Mark Zuckerberg était allé jusqu’à poser cette question : Internet devrait-il être un droit fondamental ? Un certain nombre d’internautes l’avaient « remis en place » après ces déclarations…

Une réponse multi-technologique

Reconnaissant qu’en l’état actuel, connecter toute la planète ne serait pas forcément lucratif pour l’industrie, le milliardaire de 31 ans avait suggéré des pistes pour faire évoluer les modèles technologiques et économiques.

Sur le volet technique, il avait notamment abordé les systèmes d’amplification des signaux, l’utilisation des bandes de fréquences hertziennes libres, les économies d’échelle inhérentes à la standardisation des datacenters, ainsi que les technologies de cache pour les données.

Sur cette question de la data, outre le cache, Facebook porte une attention particulière aux technologies de compression… et plus globalement à l’optimisation des applications, afin qu’elles ne se connectent que si c’est vraiment nécessaire, précise ITespresso.fr.

Reste à savoir quels services seront mis en avant. Du côté de Mark Zuckerberg, on conseille de proposer en premier lieu de la messagerie, des réseaux sociaux, des moteurs de recherche et Wikipedia, des services qui « encouragent la découverte d’autres services ».

A lire aussi :

Internet.org de Facebook : pour tous, mais sans neutralité du Net

Internet pour tous : Google teste les drones 5G

Crédit Photo : Facebook

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago