Facebook : 15 millions d'utilisateurs en France

Sécurité

Selon le fondateur de Facebook, la « norme sociale a changé ». Pour Mark Zuckerberg, il est désormais normal d’exposer sa vie sur le Web.

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg monte au créneau pour prendre la défense des nouvelles règles de confidentialité du site. Depuis que certains réglages ont été modifiés, des critiques ont pu poindre. Le fondateur s’en défend en expliquant que les temps et les usages changent.

Interrogé par le The Guardian, Mark Zuckerberg vient de lancer un pavé dans la mare. Il explique : « Nous sommes maintenant plus à l’aise avec l’idée de partager des informations, non seulement plus variées et en plus grand nombre, mais aussi avec un plus grand nombre de personnes. La norme sociale a simplement évolué avec le temps».

Des propos qui ont provoqué l’ire de certains sites ou blogs spécialisés interprétant cette déclaration comme une lettre ouverte à la fin de toute vie privée sur le Web. Pourtant, Zuckerberg ajoute : « Lorsque nous avons commencé dans ma chambre à Harvard, la question que beaucoup de monde se posait était pourquoi voudrais-je mettre la moindre information sur Internet. Puis, au cours des cinq ou six dernières années, les blogs ont décollé, de même que tous ces services où les gens partagent des informations. »

De son côté, Facebook, qui revendique désormais pas moins de 15 millions d’utilisateurs (personnes ayant utilisé leur compte dans les 30 derniers jours) sur le site en France, se félicite de ce bon chiffre. Avec plus d’une personne sur 4 utilisatrice du site, plus de la moitié des utilisateurs se connectent tous les jours à la plate-forme de réseautage, et environ 2 millions de statuts sont mis à jour quotidiennement.

Si le succès ne se dément pas, il semble que les nouvelles règles de confidentialité fassent tout de même polémiques. Une plainte a même été portée par les défenseurs des consommateurs devant la Federal Trade Commission aux Etats-Unis afin d’ouvrir une enquête sur les pratiques de Facebook. Le motif invoqué est celui de la configuration par défaut considérée comme trop large puisque exposée au public.

Reste que si Mark Zuckerberg évoque le changement d’une norme sociale, il semble difficile de lui retirer ce fait. Cela dit, l’adoption d’une technologie ou d’un service tel que les réseaux sociaux doit s ‘accompagner d’une compréhension et d’une maitrise de celle-ci. Il n’est, dès lors, pas certain que tous les utilisateurs sachent exactement quelles sont les informations qu’ils divulguent sur Internet.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur