Facebook a supprimé 2,2 milliards de faux comptes entre janvier et mars

Politique de sécuritéSécurité

Facebook annonce avoir battu son record de suppressions de faux comptes au cours du premier trimestre. 2,2 milliards ont été supprimés.

Facebook révèle avoir supprimer 2,2 milliards de faux comptes  entre janvier et mars de cette année. Un record absolu pour le réseau social qui avait supprimé 1,2 milliard de compte au quatrième trimestre 2018 et 694 millions sur le quatrième trimestre 2017.

 

Selon le responsable de l’analytique chez Facebook,  Alex Schultz, cette explosion de faux comptes est pour partie due à ce qu’il appelle des “attaques simplistes”, des millions de comptes factices créés par une personne qui sont repérés immédiatement et supprimés dans la foulée, de sorte qu’ils ne causent aucun préjudice.

La majorité des discours haineux détectés de façon proactive

Facebook estime que 25 consultations de contenu (vidéo ou images) sur 10 000 représentaient des infractions à ses politiques en matière de violence et de contenu graphique.  Entre 11 et 14 consultations sur 10 000 enfreignaient les politiques en matière de nudité adulte et d’activité sexuelle.

Enfin, le réseau social a fait état de ses progrès en matière de lutte contre les discours haineux, un combat aussi majeur que délicat pour la plateforme. Malgré tout, le pourcentage de discours haineux détectés de façon proactive, avant qu’ils ne soient signalés par les usagers, a atteint 65,4% au premier trimestre 2019 contre 58,8% au quatrième trimestre 2018.

Des mesures prises après la tuerie de Christchurch

 

Il y a quelques jours, le réseau social avait détaillé ses mesures pour éviter que des vidéos violentes, comme celle de la tuerie de Christchurch, soient diffusées et partagées en direct.

La plate-forme Facebook Live pourra désormais être suspendue pour ceux qui s’étaient déjà fait remarquer en publiant des images ou des vidéos qui enfreignent son règlement.

Sur le blog Facebook, le vice-président Guy Rosen explique ainsi que les personnes liées à des « organisations et individus dangereux » par le fait d’être membre d’une page ou d’avoir partagé une image ou un lien n’y auront plus accès pendant un laps de temps. 

Lire aussi :