Pour gérer vos consentements :

Facebook et Instagram tombés, piratage ou plantage technique ?

Il y a d’abord les faits, plusieurs sites comme Facebook, Instagram, Tinder, HipChat et AIM ont subi une interruption de service d’environ 1 heure. Ces blocages ont touché l’ensemble des régions du globe avec de fortes perturbations aux États-Unis, en Europe et en Asie. Très rapidement, les sites comme Facebook ou Instagram ont mis sur leur page d’accueil ou sur leur compte Twitter des messages pour avertir les utilisateurs que leurs services étaient hors service et qu’ils travaillaient à le rétablir.

Le site de micro-blogging a fait office de canalisateur des interrogations et du mécontentement des abonnés aux réseaux sociaux indisponibles. Certains l’ont fait avec humour. « Facebook qui bugge, pensée à tous ces ados qui vont découvrir au petit déj qu’ils ont des parents. »

Qui est responsable ?

Après les faits, il y a les questions sur les raisons de cette panne. Dans un premier temps, le groupe de pirates Lizard Squad à qui on doit le piratage de Sony Playstation Network et Xbox Live network en décembre dernier, a revendiqué être à l’origine des perturbations sur les différents réseaux sociaux.

Mais pour Facebook, ces interruptions de service ne sont pas la conséquence d’une attaque. « Ce n’est pas le résultat d’une attaque par un tiers, mais l’incident s’est déroulé après avoir mené un changement qui a affecté nos configurations systèmes. Nous avons agi rapidement pour régler le problème et les deux services (Instagram et Facebook) sont redevenus disponibles à 100% », explique Facebook dans un communiqué transmis à CNBC. Sur la page dédié aux développeurs, Facebook a précisé la durée de la panne, « entre 22h10 et 23h10 heure pacifique », et que le problème avait été résolu.

Cette histoire n’est pas sans rappeler celle encore récente d’Oxalide qui a vu plusieurs sites de ses clients bloqués, notamment dans la presse. Dans le contexte actuel, les soupçons de cyberattaques ont été soulevés, mais il s’agissait au final d’une erreur entraînant une panne réseau, selon les explications d’un dirigeant de l’hébergeur.

A lire aussi :

Facebook repense l’architecture réseau de son dernier datacenter

Facebook investit Tor, pour lutter contre la censure

crédit photo © Catalin Petolea – Shutterstock

Recent Posts

Quand le candidat IT idéal n’est pas celui que vous croyez

L'usage de "deepfakes" et d'informations d'identification personnelle volées progresse chez les candidats et usurpateurs patentés…

50 minutes ago

Roaming : le menu dans l’Union européenne jusqu’en 2032

La nouvelle régulation sur l'itinérance mobile dans l'UE est entrée en application. Quelles en sont…

58 minutes ago

Vers une régulation européenne des cryptoactifs : quelles bases technologiques ?

Les colégislateurs de l'UE ont trouvé un accord provisoire sur trois propositions de règlements touchant…

4 heures ago

Google Cloud ouvre sa région France

Google Cloud dispose d'une région France lancée commercialement fin juin. Une étape indispensable pour lutter…

6 heures ago

Pourquoi FedEx bascule des grands systèmes au cloud

Le transporteur américain FedEx va fermer les 20% restants de ses mainframes dans les deux…

7 heures ago

Cloud de confiance : quelle feuille de route pour S3NS, la coentreprise Google-Thales ?

Sous l'ombrelle S3NS, Google et Thales esquissent une première offre en attendant celle qui visera…

1 jour ago