Facebook serait en lice pour reprendre BlackBerry

OS mobilesPoste de travailSmartphones

Selon le Wall Street Journal, Facebook étudierait la reprise de BlackBerry. Le réseau social s’ajoute à la liste déjà longue des prétendants au rachat du constructeur canadien en difficulté.

Après Lenovo, Cisco, SAP, Google, sans oublier les offres montées par des fonds ou celle que bâtirait l’ex-Pdg d’Apple John Sculley, la liste des prétendants au rachat de BlackBerry pourrait bientôt s’allonger avec l’arrivée de Facebook.

Selon le Wall Street Journal, qui s’appuie sur les témoignages de sources anonymes, Facebook s’apprêterait à prendre officiellement position dans le dossier. Les dirigeants des deux sociétés se seraient rencontrés la semaine passée en Californie pour évaluer la faisabilité et l’intérêt d’une telle transaction.

Le réseau social aurait même déjà signé un accord de confidentialité lui permettant de consulter les comptes du fabricant télécoms canadien.

Une telle acquisition lui permettrait éventuellement de commercialiser sa propre gamme de smartphones, tout particulièrement en exploitant le portefeuille de brevets de BlackBerry, valorisé entre 1 et 3 milliards de dollars.

Une seule offre ferme

Le Canadien possède aussi plusieurs actifs stratégiques, compte 70 millions de clients dans le monde… et 80 millions d’utilisateurs de sa solution de messagerie instantanée récemment portée sur iOS et Android. 20 millions d’entre eux l’utilisent d’ailleurs déjà depuis les OS d’Apple ou de Google.

Facebook s’est toujours refusé à développer son propre smartphone, d’où le lancement, au printemps, d’une surcouche ‘universelle’ destinée à se superposer aux terminaux déjà sur le marché.

Mais un revirement stratégique n’est pas à exclure, alors les smartphones et les tablettes concentrent une part croissante des revenus du plus grand réseau social de la planète.

A ce jour, seul Fairfax Financial Holdings, actionnaire de BlackBerry à hauteur de 10%, a formalisé une proposition, à 4,7 milliards de dollars, sur la base de 9 dollars par action (alors que celle-ci cote actuellement à 8,31 dollars).

L’ensemble des autres offres pourraient être dévoilées à la date butoir du 4 novembre.

Suite à ces révélations, l’action Facebook a perdu 1,66% dans la journée de mardi, s’affichant à 49,39 dollars en fermeture de séance à New York.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur