Facture Internet mobile : Luc Chatel veut un système de blocage

Régulations

Le secrétaire d’Etat à la Consommation souhaite éviter aux abonnés les dépassements de facture douloureux pour le portefeuille

Une fois de plus, les pratiques tarifaires des opérateurs de téléphonie mobile sont pointées du doigt. Dans un récent courrier adressé aux opérateurs, Luc Chatel, le secrétaire d’Etat à la Consommation a plaidé en faveur de la mise en place d’un dispositif de blocage ayant pour objectif de limiter les dépassements excessifs de factures lors de l’utilisation de l’internet mobile.

Dans sa missive, en partie reproduite par l’AFP, le ministre a tenu à souligner les “incompréhensions croissantes vis-à-vis de l’internet mobile“. En effet, la facturation transmise à l’abonné lors de la souscription de son contrat fonctionne s’il se trouve en France. Utilisée à l’étranger, la facturation par méga-octet téléchargé atteint très vite des sommets. Par ailleurs, la notion d’illimité est parfois assez obscure et inclut certaines restrictions parfois mal connues des utilisateurs. Enfin, certains contenus occasionnent des dangereux –et très onéreux- dépassements de facture. La plupart des consommateurs l’ignore.

Le dernier baromètre établi par l’Afutt (l’Association française des utilisateurs des télécoms) pour l’année 2008 montre que les plaintes pour des problèmes de facturation sur mobile ont grimpé de 32,6%. Le manque d’information des consommateurs sur les tarifs y a fortement contribué.

Il me semble nécessaire que les opérateurs puissent généraliser les dispositifs d’alerte et de blocage de la facturation dès lors qu’un montant critique de dépense d’internet mobile est dépassé“, a indiqué Luc Chatel aux opérateurs.

Le secrétaire d’Etat, appuyé notamment par UFC-Que Choisit, a précisé qu’il souhaitait voir ces mesures s’appliquer “avant l’été 2009“.

De leurs côtés, les opérateurs affirment qu’ils proposent déjà des outils d’alerte. Orange propose un dispositif en cas de dépassement de 35 euros du forfait, via un SMS, avant un éventuel appel d’un conseiller.

Certains points sont susceptibles d'”amélioration”, notamment la “rapidité”, a cependant reconnu un porte-parole à l’AFP.

SFR alerte quant à lui ses nouveaux clients seulement pendant les quatre premiers mois quand il dépassent leur forfait de 20 euros.

Chez Bouygues Telecom en revanche, aucun système d’alerte n’est en vigueur actuellement. Mais l’opérateur a indiqué à l’AFP qu’il allait plafonner à 20 euros, à partir du mois d’août, les factures d’internet mobile de tous ses abonnés n’ayant pas souscrit à une offre illimitée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur