Faille Intel : des processeurs sans défense ?

ComposantsPoste de travailSécurité

Une faille qui ne peut être corrigée expose la plupart des chipsets et des SoC Intel à des attaques.

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Mark Ermolov, Dmitry Sklyarov et Maxim Goryachy ont-ils trouvé la « faille ultime » dans les processeurs Intel ?

Le groupe américain les remercie, dans son bulletin de sécurité SA-00213, de lui avoir signalé la faille en question.

Leurs noms ne sont mentionnés que depuis quelques semaines, alors même que la publication du bulletin remonte à mai 2019.

La vulnérabilité (CVE-2019-0090) semble avoir fait l’objet d’un embargo à la hauteur de la menace qu’elle paraît représenter. Tout du moins au regard de la description qu’en font les trois chercheurs.

La quasi-totalité des chipsets et SoC Intel actuellement commercialisés sont touchés.

pch-csmeLe danger est d’autant plus grand que la faille ne peut être corrigée par une mise à jour : elle est codée « en dur » dans la ROM de masque du CSME (Converged Security and Management Engine).

Ce dernier est intégré dans la puce PCH (Platform Controlled Hub). Il fait office de racine de confiance pour l’ensemble de la plate-forme Intel.

Au démarrage de la plate-forme, il vérifie l’authenticité de différents composants : UEFI/BIOS, firmware du gestionnaire d’alimentation…

csme-platform-boot

Les clés du CSME

Le CSME sert également de base cryptographique pour diverses fonctions de sécurité.
Il implémente notamment EPID (Enhanced Privacy ID), algorithme destiné à authentifier – de manière anonyme – des systèmes de confiance. Mais aussi les TPM (Trusted Platform Module) logiciels, pour le stockage de données sensibles.

Intel a fait en sorte que la compromission d’un module du CSME ne mette pas en danger la clé maîtresse du chipset.
Preuve en fut d’une vulnérabilité d’exécution distante de code trouvée en 2017 dans le module d’initialisation hardware BringUp. Il a suffi à Intel d’utiliser le mécanisme SVN (Security Version Number) pour générer de nouvelles clés.

La faille CVE-2019-0090 pose toutefois un souci : elle permet de lire la clé maîtresse tout en contrôlant la création des autres clés.

Parmi ces autres clés, l’une permet de modifier le code de tout module du CSME sans que cela soit détecté.

Dans l’absolu, il existe un rempart : la clé maîtresse, logée dans une ROM en lecture seule, est elle-même chiffrée par une clé hardware (cf. schéma ci-dessus).

Problème : la faille s’enclenche à un stade suffisamment précoce pour permettre d’extraire cette clé hardware. Ermolov et al. estiment qu’il ne faudra pas longtemps pour que quelqu’un y parvienne.

Les clés hardware ne sont pas spécifiques à chaque système. Elles sont partagées entre plusieurs générations de chipsets. En combinaison avec EPID, leur fuite pourrait avoir de lourdes conséquences, estiment les chercheurs. Entre autres, un déchiffrement massif de disques durs.

Du côté d’Intel, on assure qu’il faut mettre en œuvre « des moyens considérables » pour pouvoir exploiter la faille.

Illustrations issues d’une présentation Intel réalisée à la Black Hat USA 2019

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT