Faismedevoirs.com jette l'éponge

Régulations

Fausse bonne idée, concèdent ses fondateurs

Le coup de pub s’est transformé en mise à mort. Faismedevoirs.com, le site qui proposait aux élèves des collèges et des lycées de faire leurs devoirs contre rémunération sonnante et trébuchante, annonce sa fermeture quelques heures après ouvert ses portes.

“Il y a bientôt un mois, nous avons eu l’idée de mettre à disposition des internautes un outil pédagogique innovant.Nous tenons à vous présenter toutes nos excuses dans la mesure où nous réalisons à ce jour, à quel point ce site va à l’encontre de nos propres valeurs.Enfin, nous souhaitons faire en sorte que les générations futures soient meilleures que les précédentes, et FaisMesDevoirs.com ne pourra en rien y contribuer. Les nouvelles technologies doivent servir à nous améliorer et non à nous assister.”,pouvait-on lire sur la page d’accueil du site.

Une fausse bonne idée donc pour les fondateurs de ce site qui a créé une forte polémique dans le monde enseignant et chez les parents d’élèves. Il faut dire que l’idée avait de quoi choquer.Le meilleur endroit pour être éduqué et pour avoir des copies corrigées, c’est l’école de la République” avait alors affirmé le ministre de l’Education nationale Xavier Darcos, cité par le monde.fr.”Je n’encourage nullement des dispositifs payants qui permettent de rendre ces services-là. Je l’encourage si peu qu’une grande partie de la politique qui est conduite au ministère de l’Education nationale vise à offrir gratuitement, à tous, ce que des officines privées offrent souvent en faisant payer“, a ajouté le ministre.

A cette époque, Stéphane Boukris, le créateur du service, ne semblait pourtant pas sur la même longueur d’onde en affirmant que son site ne fait que formaliser une pratique qui a toujours existé… “Ca suscite la polémique parce que c’est innovant. En tout cas, c’est légal”, avait-t-il déclaré le 4 mars dernier.

Légal mais cher. Suivant les prestations, les utilisateurs pouvaient être amenés à débourser de 5 euros pour trois questions de mathématiques à 30 euros pour un exposé prêt à l’emploi.

Jeudi, malgré le scandale, le site ouvre ses portes et se voit immédiatement submergé de requêtes. Au point de tomber. “Nous avons été confrontés à des soucis techniques au niveau des serveurs“, explique Stephan Boukris, joint vendredi après-midi par la rédaction de nos confrères Vnunet.fr. “Nous avons enregistré une affluence de 80.000 visiteurs uniques en trois heures“.

Après avoir annoncé une fermeture temporaire pour faire repartir les serveurs, Boukris prend finalement la décision“avec son équipe” de fermer le site. Une prise de conscience tardive mais salutaire.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur