Gary Quinn, Falconstor : « IPStor apporte une gestion unifiée des données »

CloudLogicielsStockageVirtualisation

Flash, cloud, virtualisation, déduplication… start-up phare du stockage des années 2000, Falconstor évolue vers une plate-forme logicielle unifiée de nouvelle génération. Un grand courant d’optimisme après plusieurs mois de déboires judiciaires et financiers.

La jeune société Falconstor (née en 2000) s’est vite fait une place dans le domaine du stockage : VTL, déduplication, data protection, sauvegarde/restauration, optimisation de la sauvegarde, virtualisation, et migration de données. De fournisseur de solutions VTL pour d’autres équipementiers, la société s’est diversifiée et a adressé d’autres segments de marché. Présente en Amérique du Nord, en zones EMEA et Asie-Pacifique, la société compte 2500 clients dans 50 pays.
En 2010, son dirigeant et cofondateur ReiJane Huai (aussi fondateur de Cheyenne Software racheté par CA Technologies en 1996) démissionne et l’entreprise acquitte 5,8 millions de dollars d’amende pour corruption, falsification de comptes et autres délits. La société est alors dirigée par Jim McNiel.

Après presque trois ans en tant que dirigeant, Jim McNiel a quitté ses fonctions en juillet 2013, la société ayant réalisé un CA 2012 de 75,4 millions de dollars (-9% sur un an) pour un déficit de 15 millions de dollars (contre -23,4 millions de dollars en 2011). Responsable des ventes chez Falconstor depuis avril 2012, puis nommé successivement président exécutif et directeur opérationnel, Gary Quinn devient alors CEO. Un an après cette nomination, Silicon.fr a rencontré ce dirigeant.

Vous êtes en place depuis un an. Comment va Falconstor ? Et comment tentez-vous de redresser la situation ?

Si tout le monde parle aujourd’hui de cloud, de virtualisation, de mobilité ou de SDS (Storage Defined Software), Falconstor travaille sur ces sujets depuis des années et développe même des solutions depuis 2005-2006.
C’est pourquoi dès fin 2014, et malgré une activité peu dynamique, nous devrions annoncer un résultat bénéficiaire, grâce à nos technologies.
Revendeurs, distributeurs et intégrateurs sont au cœur de notre stratégie actuelle et à venir. Durant les 5 ans à venir, notre chiffre d’affaires sera produit à plus de 50% par les fournisseurs de services, qui s’adressent aux PME/PMI.
Depuis un an, je me suis efforcé de rassurer et de stabiliser les équipes technologique et de développement, ainsi que l’écosystème.
Certes, le dernier trimestre (clôturé en mars) n’a pas été positif. Toutefois, le modèle a évolué. Outre les licences et maintenances annuelles, Falconstor propose aux MSP (Managed Service Provider) un modèle sur abonnement. Cela assure des revenus mensuels récurrents plus faibles ponctuellement, mais rentables sur la durée. Or, nos prévisions montrent qu’ils devraient représenter un tiers de notre chiffre d’affaires. Un modèle qui renforcera notre pérennité et notre cash-flow.

Une couche logicielle supprimant élégamment la complexité
Une couche logicielle supprimant élégamment la complexité

Pouvez-vous nous parler de votre nouvelle solution unifiée marquant un pas vers le SDS ?

Nous finalisons actuellement notre nouvelle plate-forme logicielle IPStor procurant à l’entreprise une gestion unifiée des données : déplacements, optimisations, protection, sauvegarde/restauration, etc.
Et toutes nos solutions y seront intégrées (certaines le sont déjà) : VTL, déduplication, snapshots, Disaster Recovery, virtualisation NSS… Et au-dessus de ces modules, une interface unique (voir illustration ci-contre).
Placée entre les applications (sur site ou en mode cloud) et les équipements physiques de stockage, la plate-forme IPStor assure un service de données unifié. Selon ses besoins, l’entreprise peut activer et ajouter et combiner divers modules. Par exemple : la réplication, le clustering et la virtualisation pour la migration, ou ajouter la reprise automatisée pour la Business Continuity.

Quels besoins couvrez-vous aujourd’hui ?

Nous proposons désormais des solutions de stockage répondant à tous les besoins, sauf pour le stockage objet. Et notre plate-forme fonctionne, quels que soient les applications, les hyperviseurs, ou la complexité des environnements hétérogènes. IPStor fonctionne simultanément avec différents équipements de stockage, y compris les baies flash.
Les entreprises souhaitent pouvoir utiliser des technologies flash pour certains besoins, mais rarement de façon intégrale. IPStor leur permet donc de les utiliser uniquement pour ce qui les intéresse.
Faconstor permet d’unifier les ressources de stockage également via une API Rest, et une interface de gestion unifiée, y compris pour des services cloud.
Et tout cela sera disponible cette année, en plus des améliorations des produits individuels.

Qu’arrivera-t-il aux clients utilisant vos solutions avant IPStor 2 ?

Les clients possédant les solutions Falconstor classiques peuvent continuer à les utiliser. Cependant, nous leur proposons également une migration vers la nouvelle plate-forme sur laquelle il leur suffira d’activer les modules qu’ils utilisent selon leurs besoins et de profiter de l’ensemble et d’une meilleure intégration.

A l’heure du SDS, pourquoi Falcostor propose-t-elle toujours des équipements matériels (VTL, CDP, appliances, passerelles, etc.) ?

Je préférerais que Falconstor ne produise pas du tout de matériel, car ce n’est pas notre spécialité. Toutefois, cela répond une demande.
Par ailleurs, nous ne sommes pas encore totalement SDS.
Notre objectif consiste surtout à simplifier le problème de l’hétérogénéité et de gestion des performances. Et notre tâche n’est pas si simple !

Voir aussi :
Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur