Le FBI forme ses agents à l’argot utilisé sur Twitter

Régulations

ASL, YOLO, DWISNWID… Le FBI a été forcé de dévoiler un guide interne de 83 pages contenant plus de 2 800 acronymes anglophones utilisés sur Twitter et d’autres réseaux sociaux.

Après avoir reçu une demande d’accès à l’information, le Bureau fédéral d’investigation américain (FBI) a été dans l’obligation de dévoiler un glossaire interne de 83 pages dédié aux réseaux sociaux. Le document publié le 17 juin par l’organisation américaine MuckRock contient plus de 2 800 acronymes anglophones.

Le « dictionnaire urbain » du FBI

Loin d’être exhaustif, ce dictionnaire d’argot (slang), probablement inspiré du « dictionnaire urbain » (Urban Dictionary), permet aux agents du FBI de mieux comprendre les messages diffusés sur Twitter et d’autres plateformes.

On y glane des termes connus des internautes : ASL (age, sex, location), YOLO (you only live once, soit en français « on ne vit qu’une seule fois ») ou encore TLDR (too long didn’t read, « trop long ; pas lu »). Et d’autres expressions plus ou mois exotiques, comme AYFKMWTS (are you fucking kidding me with this shit, « vous vous moquez de moi… »…. en plus fleuri), DWISNWID (do what i say not what I do, « faites ce que je dis, pas ce que je fais ») ou encore JCAT (Category J pour une personne mentalement instable).

Au-delà de l’anecdote, le glossaire du FBI témoigne des efforts renouvelés des agences de renseignement américaines pour mieux cerner les plateformes numériques et leurs utilisateurs. Elles y recrutent aussi des talents – en témoigne une initiative récente de la très décriée National Security Agency (NSA) – et valorisent leur activité auprès d’un public étendu. L’Agence centrale du renseignement (CIA) est la dernière en date à s’être lancée sur les réseaux sociaux.


Lire aussi

Des premiers pas caustiques pour la CIA sur Twitter et Facebook


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur