Films, VOD: la Fnac discute avec Canalplay et Glowria

Régulations

Selon le quotidien Les Echos, le groupe Fnac est en discussion avec Canalplay (Canal+) et Glowria pour lancer un service de VOD (vidéo à la demande), avec téléchargement via Internet – légal et payant

Après la musique, c’est le tour des films. On se souvient du lancement en 2004 du site de téléchargement légal de musique de la Fnac.

On connaît la position du patron du premier disquaire de France concernant l’évolution de la loi DADVSI (lire notre article). Rien d’étonnant donc à ce que le groupe cherche à développer une solution légale de téléchargement de films. Dans ses colonnes, le quotidien économique Les Echos explique que des négociations sont en cours avec le service de VOD de Canal+, Canalplay, qui dispose d’un catalogue de près de 700 titres. Canal+ est satisfait de ce jeune service, qui en l’espace de trois mois a permis la vente de pas moins de 300.000 fichiers à la fois sur Internet et sur la télévision via ADSL (dans le cadre du partenariat de Canal+ avec le fournisseur d’accès Free). Le disquaire a confirmé l’information, mais il n’indique pas de date pour le lancement de ce service. D’après le quotidien, le groupe : “souhaite obtenir le catalogue le plus large possible en passant des accords de distribution sous marque blanche.” Un rapprochement avec le spécialiste de la location de DVD par la poste, Glowria, qui propose un catalogue de 800 films, est également au programme. On évoque également un rapprochement avec TF1 Vidéo qui dispose de 155 titres. Toutes ces discussions semblent prouver que le service de téléchargement légal de vidéo de la Fnac ne devrait pas tarder à naître. Mais pour le groupe, avant cela le plus important est d’avoir le catalogue le plus complet possible et étendre son offre à l’ensemble du territoire. La Fnac se met à la téléphonie mobile , sans être MVNO

La Fnac lancera ce printemps 2006 une offre de téléphonie mobile s’appuyant sur le réseau Orange de France Télécom. Un communiqué du distributeur multispécialiste précise avoir signé un accord de partenariat commercial avec Orange visant à proposer “un bouquet de services spécifiques liés aux métiers de l’enseigne : musique, sonneries, logos, jeux, billetterie, informations”. “Il ne s’agit pas d’un accord d’opérateur mobile virtuel (MVNO) à proprement parler: nous concevons l’offre et nous la distribuons mais Orange assure la facturation”, a précisé à Reuters Laurence Courtinat-Vernon, directrice de la stratégie du groupe Fnac [qui se distingue ainsi de Virgin UK]. “La future offre fonctionnera sur le réseau GSM, sur sa version haut débit, Edge, et sur le réseau de troisième génération d’Orange”, a-t-elle ajouté, précisant que le groupe ne souhaitait pas communiquer d’objectifs chiffrés dans l’immédiat.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur