Pour gérer vos consentements :
Categories: Business

FireEye + McAfee Enterprise : alias Trellix pour l’offensive XDR

Ne dites plus FireEye, ni McAfee Enterprise, mais Trellix. Les deux premières marques n’ont pas encore disparu de la circulation, mais l’avenir est à la troisième.

Passés tour à tour dans le giron du fonds Symphony Technology Group l’an dernier, McAfee Enterprise et FireEye avaient fusionné en octobre.

Le nouvel ensemble pèse environ 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Pour quelque 5000 employés et 40 000 clients. À sa tête, Bryan Palma, qui dirigeait auparavant FireEye.
Son objectif tient en un acronyme qu’on pourrait qualifier de « fourre-tout » : XDR (« détection et réponse étendues »). Le principe : unifier plusieurs solutions de sécurité en un « système », afin qu’elles se nourrissent les unes des autres. En la matière, l’offre a de l’avance sur la demande.

Si les fins sont claires, les moyens le sont moins. On n’a pour l’instant, sur les canaux officiels, pas d’information précise sur la manière dont se composera l’offre de Trellix. Tout au plus l’entreprise insiste-t-elle sur son approche « ouverte » (compatibilité API avec des centaines d’outils tiers). Elle devrait par ailleurs bientôt mettre sur pied une société qui commercialisera « à part » une partie du portefeuille McAfee (CASB, SWG et ZTNA).

Trellix pousse une plate-forme XDR

Dans la pratique, il existe actuellement de nombreux doublons entre les catalogues de McAfee Enterprise et de FireEye. En tout cas à haut niveau : EDP, SIEM, sécurité réseau, renseignement sur les menaces, etc.

Indice éventuel : la manière dont Trellix présente ce qui sera sa « plate-forme XDR ». Il la segmente en six : terminaux, cloud, applications, collaboration, données & utilisateurs et infrastructure.

Tirée du terme anglais définissant les treillis pour les plates grimpantes, la marque Trellix n’est pas une nouvelle venue dans le secteur technologique. Un fournisseur américain de solutions de création d’intranets et de sites web l’avait adoptée en 1995. Il avait terminé dans le giron du groupe Web.com.

Illustration principale ©Trellix

Recent Posts

Guerre en Ukraine : les PME et ETI redoutent les cyberattaques

Le CESIN publie une étude qui témoigne d’une vraie « cyber-crispation » des dirigeants d’entreprises…

38 minutes ago

Logiciels : Broadcom convoite VMware, qui bondit de 20%

Le fabricant américain de semi-conducteurs Broadcom pourrait acquérir VMware, spécialiste de la virtualisation et des…

18 heures ago

Cybersécurité : Microsoft recrute encore pour renforcer ses produits

Microsoft a recruté Jason Roszak, chef de produit réputé, pour optimiser la gestion des serveurs…

18 heures ago

Antennes 5G : Deutsche Telekom explore l’éolien pour les alimenter

Utiliser l’énergie éolienne pour contenir la flambée des coûts de l’électricité en Allemagne, c'est le…

21 heures ago

Souveraineté numérique : le choix de Bruno « Bercy » Le Maire

La compétence "numérique" est étendue aux prérogatives de Bruno Le Maire, reconduit à la tête…

23 heures ago

Windows 11 : Microsoft se rapproche de la disponibilité d’Android 12.1

Microsoft a publié une mise à jour qui permet, pour les testeurs de Windows 11,…

1 jour ago