Firefox 3.5 gagne 4% de part de marché en septembre

Logiciels

La baisse d’influence d’Internet Explorer profite à tous les principaux navigateurs alternatifs du marché.

Firefox continue de grignoter la position de moins en moins hégémonique d’Internet Explorer sur le marché des navigateurs. Selon la société d’analyse NetApplications, Firefox 3.5 a gagné 4 % en septembre 2009. Ce qui porte la dernière version du navigateur de Mozilla à 12,7 % sur le marché mondial. Au total, Firefox toute version confondu occupe 23,75 % en septembre contre 22,98 % en août et 19,07 % en septembre 2008.

Firefox n’est pas le seul navigateur à gagner du terrain, selon NetApplications. En fait, Internet Explorer est le seul à voir ses parts s’émietter. En septembre, le navigateur de Microsoft occupe 65,71 % du marché contre près de 67 % le mois précédent. Une chute continue depuis un an où il revendiquait encore plus de 74 % du marché.

Sa chute profite donc à l’ensemble des navigateurs alternatifs, à savoir Safari d’Apple, Chrome de Google et Opera d’Opera Software. Si ce dernier a doublé ses parts de marché en un an, le navigateur récemment disponible en version 10 n’est utilisé que par 2,19 % des internautes. Mais la dernière mouture, disponible depuis début septembre, semble accélérer le mouvement puisqu’en août, sa part de marché était de 2,04 %.

Il n’aura pas fallu un an à Chrome, aujourd’hui en 3.0, pour dépasser Opera. Le navigateur de Google détient désormais 3,17 % du marché (contre 2,89 % en août et 1,10 % en septembre 2008). Quant à Safari, ses parts progressent dans des proportions équivalentes avec 4,24 % de parts en septembre contre 4,07 % un mois plus tôt (et 2,82 % un an auparavant).

Internet Explorer n’a, a priori, pas fini de céder du terrain. D’abord parce que ses concurrents vont continuer à afficher une agressivité aussi élevée que leurs ambitions. Notamment du côté de Mountain View dont Chrome le navigateur sera une pièce maîtresse de Chrome OS le système d’exploitation attendu pour 2010.

Ensuite, l’arrivée de Windows 7 pourrait accentuer la dégradation d’IE sur le marché. Le nouveau système d’exploitation de Microsoft proposera, lors de son premier démarrage, un « ballot screen » qui permettra à l’utilisateur de choisir son navigateur par défaut. Une ouverture de Redmond visant à répondre aux exigences de la Commission européenne en termes de libre concurrence. Bruxelles qui, pour autant, continue de s’interroger sur l’efficacité de la mesure engagée par Microsoft.

A lire aussi : Dossier : banc d’essai exclusif des navigateurs web ” class=”aligncenter” />


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur