Firefox ferme la porte aux cookies provenant de sites tiers

Poste de travail
Firefox, performances, Mozilla, navigateur © Kong - Shutterstock

En bloquant l’accès aux cookies issus de sites tiers, Firefox s’attaque directement aux régies publicitaires, qui auront plus de difficultés à pister les internautes.

Une nouvelle fonction apparaîtra avec la version 22 du navigateur web Firefox, prévue pour le 5 avril prochain : le blocage par défaut des cookies issus de sites tiers, bref, émis par des sites et services que l’internaute n’a pas directement visités.

La fondation Mozilla emboîte ainsi là le pas à Apple, qui applique depuis plus de 10 ans une politique de confidentialité similaire pour son navigateur Safari, explique ITespresso.fr.

Pensés pour automatiser l’identification des utilisateurs et leur apporter une expérience de navigation personnalisée, les cookies sont aussi les moteurs d’un ciblage publicitaire parfois pratiqué sans consentement. Et c’est bien cette pratique qui est visée ici.

Une méthode radicale

S’il semble difficile de séparer le bon grain de l’ivraie, Mozilla adopte une méthode d’autant plus radicale qu’elle est cartésienne dans ses fondements.

Seuls les sites – et les modules tiers implémentés au sein même des pages, comme des formulaires, des applications ou de flux sociaux – sollicités intentionnellement (clic sur un lien, saisie de données…) passeront en liste blanche.

Les cookies injectés par un autre biais, généralement en catimini via une régie publicitaire, seront bloqués sans autre forme de procès. À titre comparatif, les portes d’Internet Explorer et de Google Chrome sont grand ouvertes par défaut.

Les publicitaires se rebiffent

Contrariés dans leur pistage des habitudes de consommation et des profils types de la population connectée, les annonceurs ont fait part de leur indignation. Mike Zaneis, vice-président de l’Internet Advertising Bureau, évoque « une frappe nucléaire contre l’industrie de la publicité ».

Mais Mozilla reste engagé sur le chantier de la confidentialité. La fondation inscrit sa démarche dans la continuité de sa contribution au “Do Not Track”, cette fonctionnalité qui offre aux internautes une gestion plus tangible de leurs données personnelles.

Le principe repose sur l’envoi, aux sites qui ont implémenté le protocole, d’une requête HTTP destinée à spécifier que le navigateur ne transmettra aucune donnée et n’acceptera aucun cookie. Une bonne idée dans le principe, mais trop rarement respectée par les publicitaires.

Crédit photo : © Kong – Shutterstock


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Êtes-vous un expert du navigateur web Firefox ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur