Fizians, le stockage distribué à la française séduit les investisseurs

CloudData & StockageRégulationsStockage

Disposant d’une technologie pour optimiser le stockage distribué, Fizians a levé 700 000 euros pour son expansion et se frotter au marché américain.

Le monde du stockage n’est pas uniquement centré vers la Silicon Valley. La France a aussi ses pépites dans un secteur en pleine croissance, comme le montre l’aventure de la société nantaise Fizians. Créée en 2010, elle émane d’un laboratoire de recherche IVC de l’IRCCyN à Polytech Nantes avec comme point de départ des travaux sur un code d’effacement basé sur les propriétés d’un outil mathématique (la transformée Mojette) mise au point au début des années 90.

« Ces recherches ont débuté en 2005 et elles ont un intérêt pour le stockage distribué », explique Pierre Evenou, le co-fondateur de la société avec Louis Le Gouriellec, ex-directeur marketing chez Alcatel. « La spécificité du code d’effacement permet de gagner de la place. Le problème est que son usage n’est pertinent que sur des grands volumes de données. Cette technique est notamment utilisée aujourd’hui dans l’archivage », poursuit le dirigeant.

Oui mais voilà, avec l’explosion du volume des données, les questions de performance et de l’évolutivité du stockage ont vu le jour. Connu sous le vocable « NAS scale-out » par nos amis anglo-saxons, Fizians a donc élaboré un système de fichier Open Source, RoZoFS qui permet d’augmenter par deux l’espace de stockage disponible ou une réduction de 50% des coûts d’équipements pour un volume donné à stocker.

Concrètement, chaque fichier est soumis au traitement mathématique « Mojette » qui génère plusieurs  fragments et les distribue sur plusieurs serveurs de telle façon que le fichier reste lisible même s’il manque un ou plusieurs  fragments (en cas d’incident serveur). Cette technologie s’installe sur des serveurs ordinaires avec des capacités pouvant aller jusqu’à une dizaine de Po. Pierre Evenou indique avoir noué des partenariats avec Dell, HP, Fujitsu, IBM et Huawei.

Des ambitions et du financement

Et les performances sont au rendez-vous assure le scientifique. « Nous avons multiplié par 5 ou 6 la vitesse d’accès. Il n’y a pas d’overhead et nous affichons un niveau élevé de performances en entrées-sorties (183 000 IOPS sur une plateforme de 8 nœuds) », explique le responsable. Interrogé sur le futur, Pierre Evenou évoque le travail à réaliser autour du flash et le Cloud. « Il y a quelque chose à faire pour la création d’un Cloud sécurisé où nous pouvons intervenir comme une passerelle pour fragmenter les données afin de les sécuriser », assure-t-il.

Pour son expansion, Fizians peut compter sur de l’argent frais en bouclant son premier tour de table de 700 000 euros, recueillis auprès de la société de gestion Nestadio Capital et de l’association de business angels Ouest Angels Développement. Actuellement, l’offre RozoFS est commercialisée en France et en Allemagne avec comme cœur de cible, des laboratoires de recherche mais aussi le multimédia gourmand en données. Le rêve américain fait partie des ambitions de Fizians avec l’ouverture d’un bureau à San Francisco dans le courant du mois de février. « La demande est forte en Europe sur le scale-out NAS, mais l’offre est là-bas », conclut Pierre Evenou.

A lire aussi :

Stockage : Dell rend ses baies flash plus abordables

Silicon Valley Tour – Le stockage a la mémoire vive et un avenir Cloud

 Crédit Photo : Maxim Sodesov-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur