Flash Player : Adobe abandonne Linux, Google prend la relève

OS mobilesPoste de travail

Pour disposer du greffon Flash sous Linux, il faudra prochainement faire confiance à Google… et à son navigateur web. Adobe n’en finit plus de réduire la voilure.

Encore une mauvaise nouvelle pour les utilisateurs du greffon Flash. Adobe vient en effet de décider de ne plus maintenir la mouture Linux de cette offre. Une décision d’autant plus regrettable que l’environnement d’exécution AIR (autre pilier de la plate-forme Flash) n’est aujourd’hui plus développé sous Linux.

Fort heureusement, cet abandon n’est pas total. Ainsi, l’éditeur américain s’est associé avec Google, qui se chargera de mettre au point la version Linux du greffon Flash. Fausse alerte donc ? Pas vraiment.

Chrome seulement…

En effet, Google utilise pour les greffons de Chrome une interface de programmation de nouvelle génération, Pepper API (PPAPI). Plus riche que celle utilisée jusqu’alors, elle ouvre de nouvelles possibilités, telle celle consistant à faire fonctionner les greffons à l’abri du bac à sable intégré au butineur.

Seul problème, Chrome est l’unique navigateur à être aujourd’hui compatible avec cette technologie. Traduction : pour disposer du greffon Flash sous Linux, il faudra utiliser Google Chrome. Les utilisateurs apprécieront.

… y compris sous Android ?

Quelques points positifs subsistent toutefois. Tout d’abord, Adobe s’engage à assurer la maintenance de la mouture Linux de Flash Player 11.2 pendant cinq ans à partir de sa sortie en mouture définitive (qui n’est pas encore effective). De quoi laisser le temps aux concepteurs de navigateurs web d’adopter la PPAPI.

De plus, la présence de Google est ici rassurante. En effet, si la firme de Mountain View se charge du portage de Flash Player sous Linux, il est possible qu’elle décide de l’adapter aussi à Android (qui utilise une base Linux). Google signerait alors le retour du greffon Flash sous ce système d’exploitation mobile (rappelons qu’Adobe a décidé d’en stopper le développement fin 2011).

Crédit photo : © Adobe


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur