Pour gérer vos consentements :
Categories: Cloud

FinOps : la spécification FOCUS dépassera-t-elle le IaaS ?

FOCUS couvrira-t-il un jour les données environnementales ? La feuille de route ne l’exclut pas.

Les données financières restent toutefois la priorité. Il faut dire qu’elles sont la raison d’être de ce projet amorcé voilà environ un an. FOCUS signifie effectivement « FinOps Open Cost & Usage Specification ». Son objectif : standardiser la mesure des usages et des coûts sur les environnements générant des données de consommation « de type cloud ». Une cinquantaine d’organisations y prennent part, sous l’égide de la Linux Foundation. L’initiative a une coloration très nettement américaine. Le comité de pilotage l’illustre : AWS, Google et Microsoft en sont membres, aux côtés de Capital One et Walmart.

En novembre 2023, FOCUS avait publié une première esquisse de ce qui devait devenir la v1 de sa spécification. Il vient d’en acter la disponibilité générale. Au menu, 43 indicateurs de nature quantitative ou qualitative. S’y ajoute une bibliothèque d’une quarantaine de use cases (mise à jour des budgets par application, identification des engagements non utilisés, vérification de la mise en œuvre des remises…), chacun assorti d’une requête SQL.

FOCUS vise le SaaS

Les premières mises en pratique touchent au cloud d’infrastructure. Google Cloud, par exemple, propose une vue spécifique dans BigQuery. Azure permet de télécharger un rapport FOCUS pour Power BI. Et Oracle, d’exporter ses données de facturation dans ce format. Il existe aussi des convertisseurs (outils en ligne de commande) ciblant ces mêmes plates-formes ainsi qu’AWS.

Il est question d’étendre le périmètre aux SaaS (en particulier de réseau, de sécurité et d’observabilité), aux PaaS et aux infrastructures sur site. En attendant, une formation certifiante « analyste FOCUS » émerge (durée : 3-4 heures ; prix : 400 $ ; validité : 2 ans).

L’écosystème des fournisseurs certifiés FOCUS comprend pour le moment une vingtaine d’organisations. Certains sont des « pratiquants » (Cloudsaver, Envisor, Google Cloud, Microsoft, Oracle). D’autres sont aussi reconnus pour leurs plates-formes (CloudBolt, Exivity, IBM avec Cloudability, NetApp avec Spot, Ternary, VMware avec Tanzu CloudHealth, YäRKEN).

Cette année, FOCUS a aussi fait évoluer sa définition du FinOps. Par rapport à celle fixée fin 2021, on est passé de « discipline » à « cadre opérationnel ». Un changement terminologique censé refléter l’entrée dans une phase d’opérationnalisation de la pratique, après la phase d’adoption. Dans le même esprit, l’expression « tirer un maximum de valeur commerciale » a laissé place à « maximiser la valeur commerciale ».

Illustration principale © everythingpossible – Fotolia

Recent Posts

La Suite Numérique : les errements d’un projet d’État

La Cour des comptes pointe les résultats insuffisants de La Suite Numérique (ex-SNAP) et évoque…

1 jour ago

Apple Pay : l’UE valide l’ouverture à la concurrence sur les iPhone

La Commission européenne approuve la proposition d’Apple permettant à des concurrents de proposer des solutions…

1 jour ago

Que d’eau ! Les engagements d’AWS pour en économiser

AWS entend devenir « water-positive » pour 2030. Que recouvre cet objectif ?

2 jours ago

PC : le marché renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Après sept trimestres consécutifs de baisse, le marché mondial des PC traditionnels affiche un rebond…

2 jours ago

Le CISPE et Microsoft trouvent un accord : et maintenant ?

Le CISPE s'est engagé à retirer sa plainte contre Microsoft. Quelle monnaie d'échange le groupe…

2 jours ago

Silo AI, une nouvelle prise pour AMD dans le vivier européen de l’IA

Après avoir acquis Mipsology en France, AMD s'empare de Silo AI, tête de pont de…

2 jours ago