Ford lâche ses Blackberry pour se convertir à l’iPhone

DSIMobilitéOS mobilesPoste de travailSmartphones

Blackberry perd un nouveau client. Ford va troquer des milliers de terminaux du canadien au profit des iPhone d’Apple qui répondraient tant aux besoins qu’à la sécurité du constructeur automobile.

Si Blackberry s’est réjouit de la décision du gouvernement allemand d’avoir retenu ses terminaux pour sécuriser les communications de ses membres, le constructeur canadien a dû moins apprécié le choix de Ford d’abandonner son offre au profit de l’iPhone.

Selon la presse américaine, un porte-parole a annoncé que le constructeur automobile allait remplacer, d’ici la fin de l’année, 3 300 téléphones Blackberry attribués aux salariés par des terminaux Apple, sans en préciser le modèle. Dans le courant des deux prochaines années, ce ne sont pas moins de 6 000 iPhone qui seront distribués aux cadres de Ford.

Penser à deux fois à la sécurité

Selon Ford, l’iPhone serait en mesure de combler les attentes des employés tout répondant aux normes de sécurité de l’entreprise, un point sur lequel Blackberry met pourtant régulièrement en avant son expertise. Dans ce cadre, l’entreprise de Waterloo a récemment acquis Secusmart, un expert allemand du chiffrement des communications mobiles qui a renforcé la sécurité des Blackberry du gouvernement d’Angela Merkel. Alors que se tenait le 29 juillet, le BlackBerry Security Summit à New York, le constructeur dirigé par John Chen a d’ailleurs réagi à la décision de Ford en rappelant aux entreprises à y « penser à deux fois » avant de choisir une technologie « qui n’a pas les avantages de sécurité que BlackBerry a toujours offert ».

Dans le courant de l’année, Blackberry a perdu plusieurs clients sur le marché américain, dont un partenaire de taille, l’opérateur T-Mobile. Néanmoins, selon le cabinet d’analyse Kantar Worldpanel ComTech, Blackberry aurait regagné du terrain en un an. Les parts de ses OS seraient passées de 0,6% au 1er juin 2013 à 1,3% fin mai 2014 aux Etats-Unis. En Europe, c’est l’inverse. Sa part est tombée de 2,7% à 0,8% sur la même période.


Lire également
John Sims, Blackberry : « notre offre reste unique sur le marché»
Blackberry rassure un peu sur son premier trimestre 2015
Blackberry place BES10 en mode hébergé


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur