Formation : le ‘nouvel’ e-learning flirte avec la simulation

Régulations

Après des années de restriction budgétaire, l’horizon se ré-ouvre à la téléformation via Internet. Mais l’e-learning nouveau a changé de modèles: plus de réalisme, et place à la simulation

Après des années de vaches maigres, récession oblige, la formation professionnelle devrait reprendre du poil de la bête. Mais les conditions de fonctionnement et de financement ont évolué: plus de personnalisation (pardon, de ‘customization’), plus de disponibilité des moyens, et une réduction des coûts grâce à la formation à distance.

Les enjeux pour l’entreprise sont simples: maintenir et augmenter la compétence de son personnel, grâce à des outils capables d’individualiser le service, tout en réduisant les ‘nuisances’ dans l’organisation du travail (déplacements, absences…) et en serrant les budgets. Face à ces enjeux, la « formation en ligne » prend une nouvelle dimension. Selon IDC pour les Etats-Unis, ce marché est en train de tripler: il devrait grimper de 6,6 milliards de dollars en 2002, à 23,7 milliards en 2006. La simulation prend le dessus Les acteurs du marché ne s’y sont pas trompés. Macromedia, par exemple, vient à peine de finaliser le rachat de eHelp: elle annonce déjà la sortie de RoboDemo eLearning Edition, nouvelle version de son logiciel phare. En fait, après un démarrage classique consistant à reproduire les outils de formation dérivés du support papier, l’e-learning s’est orienté vers des outils plus dynamiques. Il intègre, en particulier, le ‘streaming’ audio vidéo (séquences d’images par flux continu). Mais paradoxalement cette génération 2 de la formation en ligne reste très statique: l’élève est passivement « voyeur » et les outils de validation sont linéaires. Le nouvel e-learning -disons, la 3è génération- intègre désormais des concepts de simulation. L’élève participe à un jeu de rôle, qui reproduit des situations réelles, et dans lequel il est actif. La contre partie de cette évolution réside dans la capacité des outils à supporter le face à face virtuel; car il faut conserver la confidentialité nécessaire aux individus et à leur entreprise. Macromedia a renforcé l’approche XML de RoboDemo, et doté sa version 5 d’une compatibilité Flash. L’éditeur met ainsi l’accent sur la potentialité de son outil. Mais il oublie de rappeler que l’apport de fonctionnalités n’est pas suffisant. La plate-forme de diffusion et de traitement constitue, elle aussi, un axe stratégique. Mais rien ne pourra se faire sans une pédagogie appelée, avec la technologie, à devenir toujours plus complexe et animée non plus par des techniciens, mais par des services compétents en « ingénierie » de la formation et proche des attentes des entreprises.

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT