Forte progression des apps mobiles de productivité en 2014

AppsDSIMobilitéProjetsSmartphonesTablettes

Les applications mobiles dédiées aux taches professionnelles et à l’organisation affichent la deuxième meilleure progression des usages mobiles en 2014.

En 2014, l’usage des applications mobiles propres à la productivité (Utilities & Productivity) a progressé de 121 %, selon le cabinet Flurry Analytics (désormais propriété de Yahoo) spécialisé dans l’étude des usages mobiles. Soit bien au-delà des 76% de progression moyenne de l’utilisation des applications depuis un smartphone ou une tablette iOS et Android constatée par l’analyste sur l’année passée.

« Les utilisateurs de smartphones ont ouvert plus d’applications Utilitaires et de Productivité en 2014, note le cabinet, confirmant que nos téléphones et tablettes sont devenus des appareils indispensables qui nous aident à travailler et organiser notre quotidien. ». Le tournant mobile de Microsoft et l’élargissement, à partir de 2013, aux versions iOS et Android de son offre Office mobile a probablement participé significativement à la forte progression des applications à caractère productif.

Le divertissement en retrait

Si les applications utilisées à des fins professionnelles et d’organisation ont bénéficié d’une adoption remarquable en 2014, elles sont surpassées par celles propres au style de vie et au commerce (Lifestyle & shopping) qui ont progressé de 174%. Elles occupent la première place des logiciels mobiles les plus utilisé et replace dans ce cadre les messageries qui avaient connu la plus forte progression (de 115%) en 2013. En 2014, ces dernières ont néanmoins affiché une belle tenue à 103%. Leur transformation en véritable plateforme de services pour certaine (paiement chez SnapChat et Line, distribution de jeux chez WeChat…) ayant probablement soutenu leurs usages.

Parmi les solutions qui progressent moins que la moyenne, on notera la présence des applications à caractères informatif (sport 74% et news 49%) et de divertissement (music, media & entertainement, 33%). Une chute sévère pour ces dernières en regard des 79% de progression constatées en 2013. Les jeux, applications mobiles historiques s’il en est, connaissent également un fort recul : 30% contre 61% un an plus tôt. « Nous assistons à un tournant où la croissance mobile est passée des application de divertissement aux application qui nous aident à accomplir nos tâches quotidiennes », résume Flurry.

Flurry 2014-app mobiles


Lire également
CNIL et Inria : les apps Android et iOS toujours aussi indiscrètes
75% des applications mobiles ne passent pas les tests de sécurité
Applications mobiles : 5 millions d’emplois en Europe en 2018

crédit photo © Ditty_about_summer – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur