Forum Freescale: MXC300, la plate-forme 3G du futur

Régulations

Avec sa plate-forme mobile MXC300 Mobile Extreme Convergence, Freescale détient “la clé du futur de la 3G avec le multi-call”, nous affirme Robert McCormick, directeur des produits plates-formes de la division Wireless and Mobile

Orlando ? USA : avec sa plate-forme 3G qualifiée i.300 dual core, dont la commercialisation via les opérateurs va débuter en octobre prochain, Freescale démontrait qu’en quittant le giron de Motorola, la compagnie demeurait un géant de la téléphonie mobile. La plate-forme réunit un portefeuille de convergence qui n’a pas encore été égalée par sa concurrence : évolution du GSM vers EDGE, multiple accès wideband tri-band WCDMA, quad-band 3G, et HSDPA (high-speed dowlink packet access). Avec ce produit, Freescale ouvre à l’industrie de la téléphonie mobile un accès simplifié à la complexité des protocoles 3G de troisième génération, avec une taille de plate-forme et un coût plus réduit, ainsi que l’apport d’une technologie de gestion de la puissance qui étend sensiblement la durée de vie d’une batterie. Freescale récidive aujourd’hui avec sa nouvelle plate-forme cellulaire 3G MXC300 Mobile Extreme Convergence, qui apporte deux nouveautés sensibles : un modem single core, démonstration de la capacité d’intégration et de convergence de la compagnie, et surtout l’évolution vers le multi-call, avec la capacité de travailler en simultané en ‘circuit-switch‘ pour la voix (traditionnel), et en ‘packet-switch‘ pour les données. La démonstration de cette dernière capacité étendue nous a été faite sur le stand d’exposition de la plate-forme d’évaluation du MXC300 (voir la photo ci-dessous), où en plus de la réception vidéo à la fluidité remarquable, nous avons pu surfer simultanément sur le site Silicon.fr, avec des vitesses de transfère que la majorité des connexions web nous envieraient ! Le multi-call offre des possibilités d’utilisation d’un téléphone mobile particulièrement riches, comme d’appeler au téléphone tout en téléchargeant de la vidéo et en surfant sur le Web, nous l’avons vu, mais aussi à l’inverse de téléphoner avec un kit main libre tout en transmettant de la vidéo prise par le téléphone, en écoutant une radio Internet ou en recevant ses e-mails? MSX300 est basé sur un DSP (digital signal processor) StarCore à 250 Mhz qui embarque un processeur applicatif ARM 1136 à 532 Mhz. L’ensemble supporte les couches des protocoles 2,5G, 2,75G et 3G aux standards GSM, GPRS, EDGE class 12 et WCDMA. “Nous apportons le hardware, le ‘protocol stack‘, et nous travaillons sur l’OS, en particulier sur la forte intégration de composants. C’est notre CPA (cellular platform acces)“. Avec cette architecture qui intègre dans le chip la technologie des processus applicatifs, Freescale permet de réduire très sensiblement les coûts en partageant la mémoire système et les périphériques, ce qui élimine le besoin de disposer de processeurs externes additionnels. Tout en améliorant l’efficacité des échanges inter-processeurs via la mémoire partagée. L’ensemble a été optimisé dans un premier temps pour le système d’exploitation (OS) Symbian 60 via un ‘reference design‘ d’Electrabyte. Mais Freescale entend rester OS agnostique, et a confirmé sa volonté d’optimiser sa plate-forme pour les OS ouverts comme Linux. Et probablement Microsoft qui n’est pas loin non plus. Malgré ce haut degré d’intégration, Freescale a tenu à séparer les communications des processus applicatifs. Il démontre ici que pour l’industrie des semi-conducteurs une nouvelle bataille technologique va se livrer, mais qu’elle ne sera plus sur le silicium, elle se déplacera aussi sur le software. La séparation du modem et des processus applicatifs réduit la complexité du développement logiciel, ce qui devrait d’une part réduire sensiblement le temps de mise sur le marché de nouveaux téléphones mobiles 3G, mais aussi ouvrir cette technologie à de nouveaux acteurs qui viendront compléter les gammes de services associés à la 3G par leur innovation logicielle. “MXC300 est en cours de validation sur les plates-formes des opérateurs, ainsi que sur les appareils. Les premiers téléphones mobiles 3G embarquant notre technologie devraient arriver sur le marché durant l’été 2007“, nous confie Robert McCormick, directeur des produits plates-formes de la division Wireless and Mobile. “Dans un futur proche, nous évoluerons vers les ‘tools 7.2’ afin d’accélérer le téléchargement et à la demande des opérateurs vers HSDPA 3.6, qui réunit 7.20 HSDPA et 5.8 HSUPA, ce dernier pour accélérer l’uplink“.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur