France à 2 vitesses: 10.000 communes sans haut débit!

Régulations

La couverture du haut débit progresse vite mais de nombreuses zones sont encore exclues de l’Internet rapide

Le retard français en matière de haut débit se réduit de plus en plus vite. Notamment grâce au dégroupage et aux “efforts” de France Télécom, près de 90% des Français disposaient à la fin 2004 d’une possibilité d’accès à l’internet haut débit, soit plus de 53 millions de personnes, a annoncé le ministre de l’Equipement, des Transports et de l’Aménagement du territoire, Gilles de Robien, dans un communiqué.

“Ceci représente une progression de 20% par rapport à fin 2003 et de 43% par rapport à fin 2002”, fait valoir le ministère. Le nombre de communes couvertes par l’Internet à haut débit est passé de 7.600 à la fin de l’année 2002 à 25.976 à la fin de l’année 2004, est-il précisé. Les choses avancent donc. Mais il reste encore environ 10.000 communes exclues du haut débit, notre pays ayant un nombre (record !) de plus de 36.000 communes. La plupart de ces communes sont situées dans des zones rurales où ni France Télécom, ni les opérateurs alternatifs ne se pressent pour déployer le haut débit et notamment l’ADSL. Car l’ADSL perd de sa puissance dès que l’abonné est éloigné de plus de 5 kilomètres du central téléphonique. Une situation courante dans nos campagnes où les villes petites ou moyennes sont couvertes mais où les habitants des zones plus éloignées ne le sont pas. Une situation classique dans les départements à faible densité démographique. Pourtant, il y a une demande très forte de la part du monde rural, et notamment des agriculteurs, pour accéder au haut débit. Lassées d’attendre, ces communes veulent se tourner de plus en plus vers des solutions alternatives comme le WiMax. Simple à déployer, le WiMax, technologie sans-fil dérivée du Wi-Fi, doit permettre, en théorie, un débit de 70 Mbit/s et une portée de 50 kilomètres.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur