Le point d’échanges France-IX baisse ses tarifs

Réseaux
réduction tarifs baisse

Avec sa nouvelle grille tarifaire, le point d’échange France-IX vise à faire remonter un trafic attiré par les plates-formes d’échange concurrentes.

Le point d’échange France-IX annonce une baisse de ses tarifs d’interconnexion sur les points de présence (PoP) de Marseille et Paris. Une baisse non négligeable qui prend effet aujourd’hui, mardi 1er octobre.

Ainsi, à Marseille, le coût du port 1 Gbit/s passe de 1 425 euros à 1 300 euros mensuel. Cette baisse de prix s’accompagne d’un tarif dégressif à chaque location de port (1200 euros le 2e port, 1100 le 3e, 1000 le 4e). Les 4 ports cumulés tombent ainsi à 4 600 euros mensuels (1300 + 1200 + 1100 + 1000) contre 5 700 précédemment (voir tableau ci-dessous). Une baisse qui avoisine les 20%.

france-ix marseilleInvestissements en 2014

Le recul des tarifs s’appliquent également sur le PoP de Paris avec la même logique. Le lien 10 Gbit/s est proposé à 1500 euros par mois contre 1900 euros précédemment. Et les 4 ports à 5400 contre 7 600 avec l’ancien tarif (-29%).

france-ix parisVoilà qui devrait réjouir les 230 membres de France-IX. « Nous avons toujours dit qu’en cas de bons résultats, soit nous réinvestirions dans l’infrastructure, ce qui se fera en 2014, soit nous baisserions les prix, nous indique Solène Souquet, responsable marketing de France-IX. Nous avons décidé de faire les deux. » La société, qui s’appuie sur une structure associative, a en effet dévoilé, le 26 septembre, une croissance de 38% de ses résultats annuels, sans en préciser le montant.

Retour à 200 Gbit/s fin 2013

En ramenant ses tarifs à des prix plus accessibles, France-IX espère évidemment faire remonter son trafic. Après un pic de 200 Gbit/s atteint en mars dernier, le trafic était retombé dans les mois qui ont suivi. Il remonte ces derniers temps et atteint aujourd’hui les 170 Gbit/s.

Face à la baisse des coûts de transit IP et à celle des services de AMS-IX, le réputé Gix d’Amsterdam, le trafic des gros clients de France-IX a été réparti sur d’autres points d’échange. Ce que la structure française souhaite aujourd’hui éviter. « Nous préférons promouvoir les échanges entre membres, en multipliant les sessions de peering, et éviter qu’ils réduisent leur trafic », confie la porte-parole de France-IX qui espère retrouver le symbolique seuil des 200 Gbit/s pour la fin de l’année.

Hausse du trafic en perspective

France-IX sera aidé en ce sens par le passage de 40 à 60 Gbit/s de deux de ses membres. Et l’arrivée prochaine d’un nouveau membre au trafic conséquent dont l’identité reste pour l’heure confidentielle.

En revanche, les frais de mise en services, 1500 euros par port 10 Gbits, ne bougent pas. France-IX précise par ailleurs que, dans le but de promouvoir son ancrage méditerranéen, il « n’appliquera aucun coût récurrent, tant que le trafic local total ne dépassera pas les 10 Gbit/s et que moins de 12 membres seront raccordés ». Des conditions réservées au seul PoP marseillais, donc. Notons également que les échanges entre membres de Paris et Marseille restent limités à 100 Mbit/s.

[Article mis à jour à 17h50]

crédit photo © Oleksiy Mark – shutterstock


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Le vocabulaire des télécoms


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur