France: la VoIP s’impose, le haut débit poursuit sa course

Régulations

Les derniers chiffres de l’Observatoire des marchés confirment l’engouement des français pour la téléphonie sur Internet

La VoIP fait son trou en France. A un rythme élevé. Les français semblent adopter rapidement cette technologie qui permet de téléphoner presque gratuitement. Il faut dire que quasiment tous les FAI proposent désormais ce service, sans parler du succès planétaire de Skype.

Selon le dernier Observatoire des Marchés de l’Arcep (le régulateur des télécoms), au deuxième trimestre, 1,9 million de personnes utilisent la VoIP contre 1,5 million au premier trimestre, soit une progression de quasiment 33%. Ils ont consommé 1,8 milliard de minutes contre 1,5 milliard de minutes au premier trimestre. Le chiffre d’affaires de la téléphonie sur Internet progresse de façon parallèle : il passe de 16 millions d’euros au premier trimestre à 22 millions au deuxième. Du coup, et cela n’était pas arrivé depuis longtemps, le nombre d’abonnements au service téléphonique fixe s’élève à 35,3 millions à la fin du deuxième trimestre 2005, soit une progression de 0,6% sur trois mois. Les revenus du fixe se stabilisent à 3 milliards d’euros après un repli de 7% au premier trimestre. Du côté de l’Internet, le haut débit poursuit sa course à haute vitesse. On compte plus d’un demi million d’abonnements supplémentaires au cours du deuxième trimestre 2005 pour un total de 7,9 millions de clients. Le nombre d’accès ADSL augmente de 64% sur un an et ils représentent à eux seuls 60% des abonnements à Internet. Le dégroupage a également le vent en poupe: on compte 2 millions de lignes partiellement dégroupées contre 1,9 un trimestre plus tôt. Surtout, le dégroupage total continue à bien progresser avec 261.000 lignes contre 159.000 lignes un an plus tôt. Au total, le nombre de lignes dégroupées atteint 2,3 millions à la fin du deuxième trimestre 2005, soit une croissance supérieure à 200% sur un an. Les revenus générés par l’Internet atteignent au deuxième trimestre 795 millions d’euros contre 753 millions un trimestre plus tôt et 667 millions il y a un an. Enfin, la croissance de la téléphonie mobile ne faiblit pas. Le nombre d’abonnements atteint 45,4 millions à la fin du deuxième trimestre (+7,5% sur un an). Les formules forfaitaires représentent 62,9% du parc total d’abonnements mobiles. Les combinés multimédias poursuivent leur progression: on compte 10,8 millions de combinés GPRS/EDGE/UMTS contre 7,5 millions il y a un an. Par contre, la portabilité qui est censée dynamiser le marché en changeant d’opérateur sans changer de numéro marque le pas: 66.000 numéros ont été portés au deuxième trimestre contre 71.000 au premier. La procédure est toujours trop longue et trop complexe. Le secteur affiche un chiffre d’affaires trimestriel de 3,4 milliards d’euros, contre 3,3 milliards un trimestre plus tôt.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur