Pour gérer vos consentements :
Categories: Solutions HPC

France – Pays-Bas : quelles bases de coopération dans l’informatique quantique ?

Santé, climat, défense, droits de l’homme… Vaste périmètre pour le protocole d’entente que la France et les Pays-Bas ont signé cette semaine. On y trouve aussi, entre autres, un volet informatique quantique. Le projet européen QLSI (Quantum Large Scale Integration in Silicon) est l’un de ses principaux axes à court terme. Sa première incarnation concrète prend la forme d’un portail commun d’offres d’emploi.

La France a son « plan quantique » depuis janvier. Les Pays-Bas ont formalisé le leur en avril. Et l’ont baptisé Quantum Delta NL. Il est placé sous l’égide de la fondation éponyme, constituée dans la lignée de l’agenda national établi en 2019. Trois initiatives phares le composent.

La première de ces initiatives a abouti au lancement de Quantum Inspire. Ce laboratoire localisé à Delft travaille sur deux types de qubits : supraconducteurs et à spin d’électrons. Budget : 90 millions d’euros. Objectif : des applications dans la chimie et l’énergie à l’horizon 2024.

Un plan à 615 millions d’euros

La deuxième initiative a également Delft pour épicentre. Elle se fonde sur les travaux du centre de recherche QuTech. Son domaine : les réseaux quantiques. Enveloppe : 62 millions d’euros. Objectif : connecter trois processeurs d’ici à 2023, puis dépasser les 5 nœuds en 2026.

La troisième initiative cible les capteurs quantiques. L’université d’Amsterdam fait office de figure de proue, avec ses travaux sur une horloge quantique à atomes froids. 29 millions d’euros y sont consacrés.

Au global, l’investissement initial dans le cadre du programme Quantum Delta NL se monte à 615 millions d’euros sur 7 ans. Cela inclut notamment 150 millions pour moderniser les équipements de NanoLabNL, l’infrastructure nationale de nanotechnologies.

Intel et Microsoft participent aux travaux menés à Delft. Google s’implique plus particulièrement dans le hub de Leyde, axé sur les algorithmes quantiques. À Eindhoven, on est sur la cryptographie post-quantique. Du côté de Twente, sur l’électronique et la photonique.

À lire en complément, notre focus sur les relations France-Allemagne dans l’informatique quantique.

Photo d’illustration © Siarhei – Adobe Stock

Recent Posts

Pistage : les navigateurs ne s’attaquent pas qu’aux cookies

Dans la lignée de Brave, Firefox met en place un mécanisme de filtrage de certains…

11 heures ago

Open Source : la Fondation Linux veut normaliser l’accès aux DPU

L’effort porte sur la standardisation de la pile logicielle prenant en charge les processeurs de…

13 heures ago

vSphere+ : qu’y a-t-il dans la vitrine multicloud de VMware ?

VMware a structuré une offre commerciale favorisant l'accès à des capacités cloud à travers vCenter.…

13 heures ago

Le PEPR cybersécurité prend forme : les choses à savoir

Le PEPR rattaché à la stratégie nationale de cybersécurité a connu une forme d'officialisation la…

18 heures ago

ESN : Numeum s’étoffe et précise ses priorités

Numeum, qui réprésente les ESN et éditeurs de logiciels en France, a précisé sa feuille…

1 jour ago

HPE Discover 2022 : Red Hat rejoint l’écosystème GreenLake

OpenShift, RHEL, Ansible... Red Hat va proposer une version sur site avec paiement à l'usage…

1 jour ago