France Télécom : CA 2009 en légère baisse à 45,99 mdrs €, et le net à 4,8 mdrs

Réseaux

Les objectifs ont été tenus, selon France Télécom: un ‘cash flow’ organique’ de 8,35 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires perd 1,8% et le résultat en légère baisse -6,4%

Globalement, l’opérateur historique s’en sort plutôt bien même si la crise économique a eu un impact certain en 2009.

Le chiffre d’affaires consolidé de 2009 s’élève à 45,944 milliards d’euros, en baisse de -1,8 % à base comparable (50,952 milliards d’euros en incluant le Royaume-Uni).

Hors effets de la régulation” [ce qui signifie sans les tarifs à la baisse imposés par l’Arcep ou autres régulateurs du marché des télécoms], le chiffre d’affaires aurait progressé“. Très légèrement: +0,1 %.

Le résultat net “part du groupe” est loin de s’écrouler : il ne perd que -6,4%, ce qui représente presque 5 milliards (4,849).

En conséquence, un dividende de 1,40 euro par action devrait être versé au titre de l’exercice 2009 (sous réserve du vote de l’Assemblée générale).

Ce qui n’a pas manqué de soulever l’ire des organisations syndicales.

France Télécom marche sur la tête : les dividendes prévus sont supérieurs aux bénéfices !“, s’exclame la CFE-CGC/UNSA France Télécom-Orange dans un communiqué de ce 25 février.

Pour sa part, Didier Lombard s’est félicité que “l’EBITDA retraité” (ou marge brute) s’élève à 16,327 milliards d’euros soit 35,5 % du chiffre d’affaires. Le ‘cash flow’ organique [soit la capacité d’auto-investissement] s’élève à 8,35 milliards d’euros, “supérieur à l’objectif annoncé“, a-t-il souligné.

didierlombardconferencedepresse25fev2010.jpg

Un bilan des 5 ans écoulés… très positif ?

Un peu tendu mais jamais troublé, Didier Lombard a confirmé qu’au 1er mars les fonctions de président du conseil d’administration et de directeur général seront dissociées et que donc Stéphane Richard, nommé par le gouvernement, prendra la “direction exécutive” du groupe.

Didier Lombard a précisé qu’il aura en charge de définir la stratégie du groupe. Son mandat court jusqu’en juin 2011. Il a profité de cette publication des chiffres 2009 pour donner le bilan des 5 années écoulées depuis sa nomination (en février 2005) à la tête du groupe. Tous les chiffres mentionnés, tous ou quasiment tous, seraient au beau fixe. Le chiffre d’affaires aurait connu une croissance moyenne annuelle de +10%. Le portefeuille de clientèle aurait augmenté de +9% par an, dont 27 millions de nouveaux abonnés ‘mobiles’, portant à 70 millions le nombre totale de clients ‘mobiles’.

Je suis un des champions de la convergence“, a-t-il précisé, évoquant le “virage important” pris dans les “nouvelles technologies IP” (“Nous détenons la première base d’abonnés IP privés en Europe“).

Pas beaucoup d’espace pour évoquer la vague de suicide que connaît le groupe (un 7è suicide depuis le début 2010 est intervenu ce 22 février).

Pour sa part, Stéphane Richard, sur sa réserve mais convaincant, a présenté en détail la nouvelle organisation (cf. articles: ‘ France Télécom; S. Richard parle refondation ‘ et : ‘ Stéphane Richard installe une nouvelle équipe dirigeante ‘ ) et confirmé la liste des nouveaux arrivants, de l’extérieur. Il nomme auprès de lui, entre autres, Elie Girard pour élaborer le “projet stratégique” prévu pour l’été 2010.

(lire nos articles par ailleurs sur la nouvelle organisation)