France Télécom de nouveau confronté au suicide d’un employé

Réseaux

Un salarié de France Telecom a mis fin à ses jours, mardi sur un site de l’entreprise, relançant la question des conditions de travail chez l’opérateur.

Les suicides chez Franec Telecom n’ont pas disparu. Mardi, à Mérignac (Gironde), un salarié de France Telecom-Orange, âgé de 57 ans, s’est immolé par le feu sur le parking d’un site de l’entreprise. Un geste qui serait « lié à son travail » et son parcours professionnel, considère l’entourage familiale, rapporte ITespresso.fr.

Delphine Ernotte, directrice exécutive d’Orange France qui s’est aussitôt rendue sur place, a assuré « qu’une enquête sera diligentée pour faire toute la lumière sur le suicide de ce salarié (…) ce sera fait en toute transparence avec les partenaires sociaux ». Interrogée sur les conditions de travail (en particulier les différentes mutations du salarié qui a mis fin à ses jours), la représentante de la direction de l’opérateur a estimé qu’il était « trop tôt pour en parler ».

A son arrivée à la direction de France Télécom en 2010, Stéphane Richard avait pris des mesures pour mettre fin aux suicides qui ont frappé l’entreprise en 2008 et 2009 (mais aussi 2010). Il reste apparemment des failles. « Les années Lombard ont abimé le tissu social et les marques sont profondes. Ce suicide en est l’illustration », commente Sébastien Crozier, président de la section syndicale CFC-CGE /UNSA chez France Telecom – Orange.

Même si le nombre de suicides a diminué (4 cas sont recensés depuis le début de l’année contre 26 en 2010, sachant que les raisons des gestes ne sont pas forcément liées à des raisons professionnelles), il subsiste un malaise social. La justice a ouvert une enquête sur cette vague de suicides dans le courant du printemps 2010.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur